IPeut - écrits et documents
ManagementMarketingEconomieDroit
ss
Accueil # Contacter IPEUT




la croissance du gouvernement icon

ECONOMIE

L'économie, ou l'activité économique (du grec ancien οἰκονομία / oikonomía : « administration d'un foyer », créé à partir de οἶκος / oîkos : « maison », dans le sens de patrimoine et νόμος / nómos : « loi, coutume ») est l'activité humaine qui consiste en la production, la distribution, l'échange et la consommation de biens et de services. L'économie au sens moderne du terme commence à s'imposer à partir des mercantilistes et développe à partir d'Adam Smith un important corpus analytique qui est généralement scindé en deux grandes branches : la microéconomie ou étude des comportements individuels et la macroéconomie qui émerge dans l'entre-deux-guerres. De nos jours l'économie applique ce corpus à l'analyse et à la gestion de nombreuses organisations humaines (puissance publique, entreprises privées, coopératives etc.) et de certains domaines : international, finance, développement des pays, environnement, marché du travail, culture, agriculture, etc.


NAVIGATION RAPIDE : » Index » ECONOMIE » LA PRIVATISATION » La croissance du gouvernement

La taille du gouvernement



Quelques chiffres marquants illustrent la taille du gouvernement fédéral américain :




» Il emploie 2,8 millions de personnes.

» Il achète chaque année pour plus de 130 milliards de dollars de biens et serces.
» Il possède le tiers du territoire des états-Unis.
» Il occupe 240 millions de mètres carrés de bureaux, soit une superficie égale A  la totalité des immeubles de bureaux des dix plus grandes lles américaines.


» Il possède et utilise 437 000 véhicules cils.

» Il a plus de 17 000 ordinateurs.
» Il distribue chaque jour 95 millions de repas subventionnés.
» Il publie chaque année 4,8 milliards de documents.
Ces chiffres étourdissants ont pour seul but d'attirer l'attention. On doit néanmoins examiner de plus près la taille du gouvernement.


NOMBRE DE GOUVERNEMENTS

On considère souvent le gouvernement comme un géant monolithique, mais les états-Unis comprennent en fait de nombreux gouvernements, très exactement 82 341 en 1982. Le leau 2.1 montre le nombre des différentes unités gouvernementales et leur évolution dans le temps. Le nombre des municipalités augmente lentement, témoignant ainsi des progrès d'une urbanisation qui s'accomne d'une institutionnalisation croissante de zones jusqu'alors inorganisées. Le nombre des districts spéciaux révèle une augmentation rapide, qui reflète la création incessante d'instances intergouvemementales destinées A  assurer diverses fonctions dans des zones métropolitaines. Cela a eu pour effet d'inverser l'évolution du nombre total d'unités gouvernementales après une longue période de baisse due au regroupement systématique des districts scolaires.

LES DEPENSES GOUVERNEMENTALES
Les dépenses totales du gouvernement en 1984 se sont élevées A  1 258 milliards de dollars. Le leau 2.2 montre la croissance de ces dépenses. En une cinquantaine d'années, elles ont été multipliées par cent, passant de un huitième A  plus de un tiers du produit intérieur brut (PIB). MASme si on les corrige en soustrayant les budgets de la défense nationale, de l'aide aux pays étrangers et des pensions militaires, la tendance reste A  la hausse. Corrigées de la sorte et exprimées en dollars constants, les dépenses par tASte ont été multipliées par sept durant cette période.
La croissance ne s'est pas produite uniformément A  tous les niveaux du gouvernement. Les dépenses fédérales croissent plus te que les dépenses locales ; la part relative de ces dernières diminue donc régulièrement. Cela représente une centralisation croissante du pouvoir aux niveaux les plus élevés du gouvernement et, au contraire, un déclin du pouvoir local.
Les chiffres du leau 2.2 relatif aux dépenses budgétaires du gouvernement ne reflètent pas les - débours extrabudgétaires -. Cette catégorie comprend des prASts fédéraux exceptionnels, des prASts garantis et des emprunts d'entreprises patronnées par le gouvernement, qui se montaient A  plus de 400 milliards de dollars en 1985 mais n'apparaissaient pas comme des dépenses budgétisées1. Comme il arrive que des emprunteurs fassent défaut, une compilité loyale voudrait que les pertes apparaissent quelque part comme des dépenses.


LA PRESSION FISCALE

On peut faire des aisons internationales en se basant sur le montant des recettes fiscales rapporté au produit intérieur brut (PIB) de différents pays. Tel est l'objet du leau 2.3, qui montre que les états-Unis se situent vers le bas de la fourchette des pays industrialisés, avec le Japon et la Suisse. Dans certains pays européens, la fraction de l'économie contrôlée par le gouvernement est significativement plus élevée.

LES EFFECTIFS EMPLOYéS PAR LE GOUVERNEMENT
Les indications concernant les dimensions et la croissance du gouvernement peuvent AStre recoupées grace aux chiffres du leau 2.4 concernant les effectifs employés. En 1983, le nombre de postes de fonctionnaires A  plein temps, non compris les emplois militaires, était de 13,9 millions, soit A  peu près un travailleur cil non agricole sur sept. En y incluant les travailleurs A  temps partiel, le total atteindrait 16 millions ; avec les militaires, il serait de 18,3 millions. En trente-cinq années, de 1948 A  1983, l'augmentation des effectifs employés par le gouvernement a été en moyenne de 2,8 % par an, soit bien plus que celle des emplois du secteur privé (1,8 %) et deux fois celle de la population totale (1,4 %).
Il est remarquable que 30 000 instances gouvernementales sur les 82 000 que comptent les états-Unis n'aient aucun salarié ! Ces - gouvernements sans fonctionnaire -, correspondant généralement A  de très petites collectités, disposent de bénévoles dévoués qui négocient et supersent les contrats de serce passés avec des collectités plus importantes des enrons2.





Privacy - Conditions d'utilisation




Copyright © 2011- 2024 : IPeut.com - Tous droits réservés.
Toute reproduction partielle ou complète des documents publiés sur ce site est interdite. Contacter