IPeut - écrits et documents
ManagementMarketingEconomieDroit
ss
Accueil # Contacter IPEUT




glosar icon

ECONOMIE

L’économie, ou l’activité économique (du grec ancien οἰκονομία / oikonomía : « administration d'un foyer », créé à partir de οἶκος / oîkos : « maison », dans le sens de patrimoine et νόμος / nómos : « loi, coutume ») est l'activité humaine qui consiste en la production, la distribution, l'échange et la consommation de biens et de services. L'économie au sens moderne du terme commence à s'imposer à partir des mercantilistes et développe à partir d'Adam Smith un important corpus analytique qui est généralement scindé en deux grandes branches : la microéconomie ou étude des comportements individuels et la macroéconomie qui émerge dans l'entre-deux-guerres. De nos jours l'économie applique ce corpus à l'analyse et à la gestion de nombreuses organisations humaines (puissance publique, entreprises privées, coopératives etc.) et de certains domaines : international, finance, développement des pays, environnement, marché du travail, culture, agriculture, etc.


NAVIGATION RAPIDE : » Index » ECONOMIE » glosar

Culture

Culture : Glosar


Le Robert la définit comme -le développement de certaines facultés de l'esprit, par des exercices intellectuels appropriés -. Par extension, culture devient donc parfois synonyme de civilisation, - d'ensemble de phénomènes sociaux A  caractères religieux, moraux, esthétiques, scientifiques, etc., communs A  une grande société ou A  un groupe de sociétés-.


Le mot culture a en fait été investi de multiples sens au cours de l'histoire intellectuelle. Au xvin siècle, les penseurs des Lumières ont défini la culture par opposition A  la nature. Elle devint le caractère distinctif de l'espèce humaine et l'ensemble des connaissances acquises par les sociétés aux différentes étapes de leur développement. Puis les romantiques du xix' siècle ont proposé une définition beaucoup plus restrictive, faisant de la culture une association de croyances coutumières et de formes sociales réunissant un groupe racial, religieux ou social, particulier. Comme l'écrivent J. Galaty et J. Leavitt, - on a donc une première approche qui suppose possible la aison universelle des sociétés, tandis qu'une deuxième construit chaque culture comme un univers autonome qu'on peut envisager en termes d'essence ou d'" esprit ". -
Dans une perspective anthropologique, E.B. Tylor a fourni une des définitions les plus claires, dès 1871, dans son lie Primitive Culture. La culture est considérée comme - un ensemble complexe incluant les savoirs, les croyances religieuses, l'art, la morale, le droit, les coutumes et toutes les autres capacités et habitudes que l'homme acquiert en tant que membre de la société -. Mais la question fondamentale sur laquelle bute l'ethnologie est le rapport entre l'universel et le particulier dans la constitution d'une culture donnée. Claude Lévi-Strauss a apporté une réponse en privilégiant le particularisme. - Nous appelons culture tout ensemble ethnographique qui, du point de vue de l'enquASte, présente, par rapport A  d'autres, des écarts significatifs. - Pour Michel Izard il n'y a donc pas - de définition possible - générale, exhaustive et non ambiguA« - de la culture, telle qu'elle permettrait de rendre compte en toute rigueur de l'existence d'un nombre fini de cultures historiques clairement distinctes les unes des autres ' -.
Dans cet ouage, trois sens du mot culture sont distingués, et c'est par rapport A  ces acceptions que se pose la question de la - culture européenne -. Le premier sens, - franA§ais -, insiste sur l'idée d'œue, de création. Il suppose une identification de ce qui est considéré comme culturel, en terme de patrimoine et de création, de connaissance et de savoir. Le deuxième sens, - allemand -, est proche de l'idée de civilisation. C'est l'ensemble des oeues et des valeurs, des représentations et des symboles, du patrimoine et de la mémoire tels qu'ils sont partagés par une communauté, A  un moment de son histoire. Le troisième sens, - anglo-saxon -, est plus anthropologique, puisqu'il insiste sur les modes de vie, les pratiques quotidiennes, l'histoire au jour le jour, les styles et les savoirs quotidiens, les images et les mythes.
La culture est devenue au xxc siècle un enjeu politique et philosophique d'importance. Ainsi, le concile Vatican II a donné sa définition du mot culture, afin de justifier son choix de considérer l'évangile comme pouvant s'adapter au contexte culturel des divers pays christianisés. Dans la constitution pastorale, Gaudium et Spes, la culture est - tout ce par quoi l'homme affine et développe les multiples capacités de son esprit et de son corps; s'efforce de soumettre l'univers par la connaissance et le travail; humanise la vie sociale, aussi bien la vie familiale que l'ensemble de la vie civile, grace au progrès des mœurs et des institutions; traduit, communique et conserve enfin [] les grandes expériences spirituelles et les aspirations intérieures de l'homme, afin qu'elles servent au progrès d'un grand nombre et mASme de tout le genre humain2. -
Le sens actuel du mot tel que l'emploi la sociologie se réfère - aux modes de communication du savoir dans les sociétés en rapide transformation et aux objets symboliques produits par une société pour véhiculer des valeurs -. Claude Rivière poursuit en insistant sur la complémentarité de cette acception avec les définitions générales des anthropologues. Le sens moderne - les spécifie seulement en portant attention aux mythes, notions, images et modèles de comportements répandus dans certains groupes sociaux (culture populaire, culture d'élite) et par certains canaux de diffusion du savoir : la culture de masse est simultanément celle qui est transmise par les mass média et qui s'adresse A  un large public de consommateurs d'œues culturelles -.





Privacy - Conditions d'utilisation




Copyright © 2011- 2023 : IPeut.com - Tous droits réservés.
Toute reproduction partielle ou complète des documents publiés sur ce site est interdite. Contacter