IPeut - écrits et documents
ManagementMarketingEconomieDroit
ss
Accueil # Contacter IPEUT




la fixation des objectifs d une politique icon

ECONOMIE

L’économie, ou l’activité économique (du grec ancien οἰκονομία / oikonomía : « administration d'un foyer », créé à partir de οἶκος / oîkos : « maison », dans le sens de patrimoine et νόμος / nómos : « loi, coutume ») est l'activité humaine qui consiste en la production, la distribution, l'échange et la consommation de biens et de services. L'économie au sens moderne du terme commence à s'imposer à partir des mercantilistes et développe à partir d'Adam Smith un important corpus analytique qui est généralement scindé en deux grandes branches : la microéconomie ou étude des comportements individuels et la macroéconomie qui émerge dans l'entre-deux-guerres. De nos jours l'économie applique ce corpus à l'analyse et à la gestion de nombreuses organisations humaines (puissance publique, entreprises privées, coopératives etc.) et de certains domaines : international, finance, développement des pays, environnement, marché du travail, culture, agriculture, etc.


NAVIGATION RAPIDE : » Index » ECONOMIE » POLITIQUE éCONOMIQUE » La fixation des objectifs d une politique


Les contradictions et les priorités entre les objectifs

Les contradictions et les priorités entre les objectifs : la fixation des objectifs d une politique




C'est une chose bien connue que, dans un ou un programme d'action, deux objectifs de mASme niveau puissent se contredire. Il conent donc de déterminer lequel est prioritaire et lequel deent dépendant de l'autre. Mais la question vraiment importante que l'évaluation devra poser est bien de savoir pourquoi cette contradiction existe dans la construction des objectifs - qui devraient normalement afficher entre eux cohérence et complémentarité. Cette interrogation peut en soi révéler des conclusions intéressantes et faire avancer substantiellement les choses. Il ne faut pas en effet rejeter les contradictions, ou vouloir les gommer. Il est plus sage de les faire ressortir car elles sont partie intégrante du problème qui est mal posé et auquel aucune politique ne saurait par conséquent répondre si ces contradictions n'étaient pas analysées avant de rechercher des solutions nouvelles.


C'est ainsi que les politiques culturelles, dans les huit premiers pays évalués par le Conseil de l'Europe, ont toujours oscillé entre patrimoine (au sens large) et création, entre la préservation de l'ancien et la création du nouveau. L'évaluateur en arrivant A  faire la part des choses, rendra peut-AStre plus compréhensible les choix implicites qui ont été faits et les effets qui en ont résulté.
Il n'en demeure pas moins que certains buts, d'ordre plus général et occupant de ce fait un statut particulier, constituent des priorités qui vont s'imposer aux autres. Ainsi, par exemple en France, dans le décret fixant les missions prioritaires du ministère de la Culture qu'il venait de créer, André Malraux définit ainsi le problème: -Rendre accessibles les grandes œuvres capitales de l'humanité, et d'abord de la France, au plus grand nombre de FranA§ais, assurer la plus vaste audience A  notre patrimoine culturel et favoriser la création des œuvres de l'art et de l'esprit qui l'enrichissent.-
Dans plusieurs pays, comme la Suède par exemple, ces grands objectifs, qui sont souvent qualifiés de finalités, peuvent mASme appartenir au dispositif des lois fondamentales qui règlent le compromis social et le jeu démocratique national.


La Résolution de 1974 (Suède)

Les objectifs de la politique culturelle de l'Etat suédois sont résumés en huit points qui sont désormais au cœur du débat sur la politique culturelle en Suède.


La politique culturelle doit:

- contribuer A  protéger la liberté d'expression et offrir les moyens de faire usage de cette liberté;
- donner A  chacun la possibilité de mener des actités créatrices et promouvoir les contacts personnels;
- contrebalancer les effets néfastes de la loi du marché dans le secteur culturel;
- promouvoir une décentralisation des actités et des décisions dans le secteur culturel;
- ménager un espace plus grand pour les expériences et les besoins des groupes défavorisés;


- favoriser le renouveau artistique et culturel;

- veiller A  ce que les cultures anciennes soient préservées et retalisées;
- promouvoir la mise en commun des expériences et des idées dans les secteurs culturels, au-delA  des barrières linguistiques et nationales [] -

Le débat sur les enjeux et les objectifs de la culture a encore pris une tournure nouvelle depuis la fin des années 80 dans les pays européens occidentaux. Avec la fin de ce qu'on a appelé -l'Etat prodence-, les politiques culturelles ont été vérilement prises entre deux feux: d'une part, la libéralisation des marchés et, d'autre part, le maintien comme un domaine protégé d'une grande partie des actité artistiques et culturelles. [9]





Privacy - Conditions d'utilisation

Copyright © 2011- 2021 : IPeut.com - Tous droits réservés.
Toute reproduction partielle ou complète des documents publiés sur ce site est interdite. Contacter

Au sujet des politique économique

Un environnement transformé pour la politique économique de demain
L instrument des finances publiques
Les instruments monétaires
La vaste panoplie des autres instruments
A la recherche de l efficacité : politiques de croissance et de structure
Les politiques d équilibre : le triangle magique
Les politiques sociales
La politique économique d ensemble
Les politiques communautaires macro-économiques
Vers une communauté efficace et solidaire
Le conseil de l europe et la culture: une mission consubstantielle
Le programme européen d évaluation des politiques culturelles nationales
La fixation des objectifs d une politique
L appréciation des moyens utilisés
La mesure des effets de la politique engagée
De l évaluateur
Des effets de l évaluation
Méthode d analyse comparative des évaluations nationales: application à l autriche et à l italie
Extraits des etudes et rapports du conseil de l europe
Politique et philosophie de l histoire
La philosophie hégélienne
La phénoménologie heideggerienne
Vers une solution critique de l antinomie de la raison historique
La critique de kant et de rousseau
La fondation de la philosophie pratique de l histoire dans la « grundlage » de 1794
Une interprétation « esthétique » de la vision morale du monde
Dumping écologique et protectionnisme vert
Les matériaux biodégradables
Le contrôle communautaire des aides d etat
La politique antitrust et les nouveaux marchés multimédias
La propriété littéraire et artistique
La régulation des réseaux de services publics
L interaction acteurs - règles dans le secteur électrique
Régulation par les règles, régulation par les acteurs dans le secteur électrique britannique
Le marché européen de l épargne
Les régulations fiscales et prudentielles des services financiers
Le budget européen face au fédéralisme budgétaire
Monnaie unique et régulations salariales
Marché unique et systèmes nationaux de fixation des prix des médicaments
Services privés et services publics de l emploi dans l union européenne
Des marchés au système de l économie de marché internationalisée
L effondrement du projet socialiste
La crise de l économie de croissance
La crise multidimensionnelle
Les fondements du nouveau projet de libération
Le projet de démocratie générale
La transition : comment passer à la démocratie générale ?