IPeut - écrits et documents
ManagementMarketingEconomieDroit
ss
Accueil # Contacter IPEUT




le salaire n est pas l ennemi de l emploi icon

ECONOMIE

L’économie, ou l’activité économique (du grec ancien οἰκονομία / oikonomía : « administration d'un foyer », créé à partir de οἶκος / oîkos : « maison », dans le sens de patrimoine et νόμος / nómos : « loi, coutume ») est l'activité humaine qui consiste en la production, la distribution, l'échange et la consommation de biens et de services. L'économie au sens moderne du terme commence à s'imposer à partir des mercantilistes et développe à partir d'Adam Smith un important corpus analytique qui est généralement scindé en deux grandes branches : la microéconomie ou étude des comportements individuels et la macroéconomie qui émerge dans l'entre-deux-guerres. De nos jours l'économie applique ce corpus à l'analyse et à la gestion de nombreuses organisations humaines (puissance publique, entreprises privées, coopératives etc.) et de certains domaines : international, finance, développement des pays, environnement, marché du travail, culture, agriculture, etc.


NAVIGATION RAPIDE : » Index » ECONOMIE » ECONOMIE GéNéRALE » Le salaire n est pas l ennemi de l emploi


Vive la baisse des salaires ?

Vive la baisse des salaires ? : le salaire n est pas l ennemi de l emploi




Vive la baisse des salaires ?
Cette vision a des fondements théoriques solides dans l'approche néoclassique du marché du travail. Des entreprises en situation de concurrence parfaite produisent en employant deux facteurs substituables (travail et capital) dans des proportions qui maximisent leurs profits. À court terme, on considère habituellement que l'un des deux facteurs est fixe (le capital par exemple); l'entreprise n'ajuste son lume de production qu'en modulant l'emploi du facteur variable (le travail par exemple).


Le calcul rationnel de l'entrepreneur prend en compte la productivité et le coût du facteur. Si, à un instant donné, la productivité réelle d'une unité supplémentaire de travail (sa « productivité marginale ») est supérieure à son coût réel (le salaire réel), l'entreprise développe l'emploi, puisque cela améliore son profit. Si en revanche la productivité marginale du travail est inférieure au salaire réel, l'entreprise perd de l'argent et tend à réduire l'emploi. Le profit est donc maximal quand la productivité marginale du travail est égale au salaire réel.
À long terme, l'entreprise peut ajuster les deux facteurs de production. On montre alors que la maxi-misation du profit suppose un rapport capital/travail qui égalise les productivités marginales des deux facteurs pondérées par leur prix, c'est-à-dire le rapport entre la productivité réelle et le coût réel du facteur. Rassurez-us, ce jargon a un sens très concret. Le rapport entre la productivité du travail et le coût du travail indique ce que l'entreprise gagne en production supplémentaire pour un euro dépensé en salaires et charges sociales. On peut de même calculer le gain de production engendré par chaque euro investi dans du capital. Il est évident que, si un euro dépensé en travail rapporte plus qu'un euro investi en capital, l'entrepreneur a intérêt à substituer du travail au capital, et inversement. Le profit est donc maximal quand un euro rapporte la même chose, qu'il serve à employer plus de main-d'œuvre ou plus de capital (ilà ce que signifie concrètement l'égalisation « des productivités marginales pondérées »).
Dans une économie parfaitement concurrentielle, l'entreprise ne décide que des quantités de facteurs à employer ; elle n'a aucun pouir sur le prix des facteurs qui est déterminé par l'équilibre concurrentiel entre l'offre et la demande sur les marchés de facteurs. Dans ce modèle, la libre concurrence devrait garantir le plein emploi des facteurs. Imaginons qu'à la suite d'un choc quelconque sur le marché du travail l'offre de travail (des travailleurs) devienne supérieure à la demande (des employeurs). Le chômage qui apparait alors devrait disparaitre aussitôt, car la concurrence entre les travailleurs pour occuper les emplois entraine une renégociation des salaires à la baisse. Le salaire passe en dessous de la productivité du travail, ce qui incite les employeurs à développer l'embauche.
Donc, si on laisse faire, la flexibilité des salaires rélira spontanément l'équilibre. Mais si des rigidités institutionnelles empêchent la libre négociation et la baisse des salaires, le chômage persiste. En sus de ce blocage du processus d'ajustement, la régulation institutionnelle du travail et des salaires conduirait à un coût du travail structurellement supérieur à son niveau d'équilibre. À long terme, la hausse du prix relatif du travail (par rapport au capital) incite les entreprises à substituer du capital au travail ; les techniques de production deviennent de plus en plus économes en main-d'œuvre ; le contenu en emploi de la croissance recule ; les entreprises compensent aussi le surcoût du travail par la surqualification des travailleurs, ce qui pénalise plus spécialement les jeunes sans expérience et les travailleurs non qualifiés.
Dans ce cadre, la solution au chômage persistant en Europe et aux difficultés spécifiques des jeunes et des non-qualifiés serait la baisse du coût du travail (notamment par la réduction des charges sociales). La baisse du coût relatif du travail (par rapport au coût du capital) stimulerait directement l'emploi en incitant les entreprises à substituer du travail au capital ; elle devrait aussi le faire indirectement en soutenant l'activité par divers canaux :
1) effet de compétitivité (amélioration de la compétitivité-prix farable aux exportations) ;
2) effet de profiilité (hausse de la part des profits dans la valeur ajoutée farable à l'investissement) ;
3) désinflation qui libère un pouir d'achat disponible pour la consommation.





Privacy - Conditions d'utilisation

Copyright © 2011- 2020 : IPeut.com - Tous droits réservés.
Toute reproduction partielle ou complète des documents publiés sur ce site est interdite. Contacter

Au sujet des economie générale

Les services, de quoi s agit-il?
Qualifier et optimiser l offre de services
Organiser la production du service
Moyens et financements pour monter une activité de services
Bien cerner et gérer l aspect humain
Communiquer de façon pertinente
Les regles de l art et l art de se développer
Courants et théories
Marché, économie et société
Nature et destin du capitalisme
Croissance et développement
Emploi
Les mondes de la finance
Commerce international et globalisation
L erreur est rationnelle
Il n est de richesse que d hommes
La croissance n est pas le développement
La loi des rendements croissants
La loi de l avantage politique comparé
Laisser faire ou laisser passer : il faut choisir
La loi du gateau : plus on le partage, plus il y en a
Le salaire n est pas l ennemi de l emploi
Un bon déficit vaut mieux qu un mauvais excédent
Il suffirait d y croire
RÉactions contre la pensÉe classique anglaise
La gÉnÉralisation de la thÉorie gÉnÉrale
L apport des disciplines voisines
La coexistence des idÉologies
Comment distinguer un capital-investisseur d un autre
Le capital-investissement, pour quels entrepreneurs ?
Les due diligence et les personnes qui les conduisent
D où proviennent les fonds des capital-investisseurs ?
L organisation d une équipe de capital-investissement
Les instruments d une prise de participation