IPeut - écrits et documents
ManagementMarketingEconomieDroit
ss
Accueil # Contacter IPEUT




glosar icon

ECONOMIE

L’économie, ou l’activité économique (du grec ancien οἰκονομία / oikonomía : « administration d'un foyer », créé à partir de οἶκος / oîkos : « maison », dans le sens de patrimoine et νόμος / nómos : « loi, coutume ») est l'activité humaine qui consiste en la production, la distribution, l'échange et la consommation de biens et de services. L'économie au sens moderne du terme commence à s'imposer à partir des mercantilistes et développe à partir d'Adam Smith un important corpus analytique qui est généralement scindé en deux grandes branches : la microéconomie ou étude des comportements individuels et la macroéconomie qui émerge dans l'entre-deux-guerres. De nos jours l'économie applique ce corpus à l'analyse et à la gestion de nombreuses organisations humaines (puissance publique, entreprises privées, coopératives etc.) et de certains domaines : international, finance, développement des pays, environnement, marché du travail, culture, agriculture, etc.


NAVIGATION RAPIDE : » Index » ECONOMIE » glosar


Citoyen / citoyennetÉ

Citoyen / citoyennetÉ : Glosar



Citoyen / citoyennetÉ
Le citoyen est, selon la définition de Jean Leca, le « membre d'une communauté politique territoriale, titulaire de droits et soumis à des obligations uniformes indépendamment en principe de son appartenance à des collectivités " particulières " (sexe, lignages, tribus, etc.) :


la loi de l'Etat détermine les conditions d'appartenance prescrites qui permettent ou interdisent l'octroi du statut de citoyen '. »
Le citoyen est donc celui qui se voit reconnaitre des droits civiques dans l'Etat où il réside, ce qui signifie le plus sount qu'il a la nationalité du pays. Le citoyen participe donc au pacte social fondant en cela la volonté générale. Rousseau définit dans Le Contrat social le citoyen. C'est celui « qui met en commun sa personne et toute sa puissance sous la suprême direction de la volonté générale » et qui reçoit • en corps chaque membre comme partie indivisible du tout ». La citoyenneté est donc fondée sur un acte volontaire, sur une adhésion à un projet politique commun, sur la volonté de partager une partie de sa liberté ac les autres contractants.
Le citoyen est donc à la fois un individu concret, porteur de droits et de devoirs, mais aussi un être abstrait, intemporel et unirsel, l'homme des droits de l'homme. Voilà pourquoi Georges Burdeau souligne que « le citoyen n'est pas l'individu ac son égoïsme, ses appétits, son auglement en face des intérêts de la collectivité. C'est l'homme débarrassé des préjugés de classe et des soucis inhérents à sa condition économique, capable d'opiner sur les choses publiques en faisant abstraction des avantages personnels qu'il peut retirer de la décision2. »
On est bien loin de la conception antique de la citoyenneté. En Grèce, le citoyen était celui qui appartenait à une cité (c'est le sens étymologique du terme). Appartenir signifiait alors, tout comme aujourd'hui, en reconnaitre la juridiction, être habilité à en jouir sur le territoire de la cité et être astreint aux devoirs correspondants. Mais cette appartenance à la communauté politique de la cité était fondée sur le sang et sur la descendance, ou sur la cooptation par les pairs. C'était donc un principe exclusif, distinguant les citoyens des « barbares ». Rien à voir ac la définition du citoyen unirsel dans le modèle démocratique.





Privacy - Conditions d'utilisation




Copyright © 2011- 2021 : IPeut.com - Tous droits réservés.
Toute reproduction partielle ou complète des documents publiés sur ce site est interdite. Contacter