IPeut - écrits et documents
ManagementMarketingEconomieDroit
ss
Accueil # Contacter IPEUT




glosar icon

ECONOMIE

L’économie, ou l’activité économique (du grec ancien οἰκονομία / oikonomía : « administration d'un foyer », créé à partir de οἶκος / oîkos : « maison », dans le sens de patrimoine et νόμος / nómos : « loi, coutume ») est l'activité humaine qui consiste en la production, la distribution, l'échange et la consommation de biens et de services. L'économie au sens moderne du terme commence à s'imposer à partir des mercantilistes et développe à partir d'Adam Smith un important corpus analytique qui est généralement scindé en deux grandes branches : la microéconomie ou étude des comportements individuels et la macroéconomie qui émerge dans l'entre-deux-guerres. De nos jours l'économie applique ce corpus à l'analyse et à la gestion de nombreuses organisations humaines (puissance publique, entreprises privées, coopératives etc.) et de certains domaines : international, finance, développement des pays, environnement, marché du travail, culture, agriculture, etc.


NAVIGATION RAPIDE : » Index » ECONOMIE » glosar


Communauté

Communauté : Glosar



Selon le Robert, la communauté est - un groupe social caractérisé par le fait de vivre ensemble, de posséder des biens communs, d'air des intérASts, un but commun -. L'idée de communauté suppose réunies la visée commune d'un bien, l'existence de normes et d'une forme déterminée de solidarité entre ses membres. Pour certains sociologues comme Redfield, cette solidarité est nécessairement holiste, la communauté est un - tout humain - dont les membres vivent pour et par elle. Le principal concepteur de la notion de communauté fut le sociologue allemand Tûnnies. Olivier Clain rappelle que - pour ce dernier, la communauté articule les différentes pratiques sociales sur la base d'un accord spontané et implicite des lontés singulières partageant un mASme système de normes; la société A  l'opposé intègre les différentes actions par la médiation d'une convention proclamée entre lontés réfléchies et arbitraires ' -.


Les ethnologues définissent A  la suite de ces travaux la communauté comme - une unité sociale restreinte, vivant en économie partiellement fermée sur un territoire dont elle tire l'essentiel de sa subsistance. Elle soumettrait ses membres A  des disciplines collectives dans une sorte de tension constante vers le maintien de sa cohésion et la pérennisation de son existence2. -
Si l'on élargit cette faA§on de ir A  l'échelle de la société, il est clair pour Raymond Boudon et FranA§ois Bourricaud que la communauté devient une relation complexe -puisqu'elle associe d'une manière très fragile des sentiments et des attitudes hétérogènes; elle est apprise, puisque c'est seulement grace A  un processus de socialisation qui n'est jamais achevé que nous apprenons A  participer A  des communautés solidaires. Elle n'est jamais pure, puisque des liens communautaires sont associés A  des situations de calcul, de conflit, ou mASme de violence. C'est pourquoi plutôt que de communauté, il parait préférable de parler de " communalisation " et de chercher comment se constituent et se maintiennent certaines " solidarités diffuses " -
Un des domaines où le processus de communalisation est le mieux appréhendable est celui des communautés religieuses, qui forment ce que Weber appelait des -communautés émotionnelles-. La charge affective que requiert l'idée d'organisation communautaire est en effet essentielle. C'est pourquoi Boudon et Bourricaud concluent leur propos en soulignant que : - lorsque la survie d'un groupe devient pour ses membres un objectif opposable A  leurs yeux aux objectifs individuels qu'ils se considèrent autorisés A  poursuivre, on dira que ce groupement peut constituer une communauté, ou qu'il est en ie de communalisation. -





Privacy - Conditions d'utilisation




Copyright © 2011- 2021 : IPeut.com - Tous droits réservés.
Toute reproduction partielle ou complète des documents publiés sur ce site est interdite. Contacter