IPeut - écrits et documents
ManagementMarketingEconomieDroit
ss
Accueil # Contacter IPEUT




glosar icon

ECONOMIE

L’économie, ou l’activité économique (du grec ancien οἰκονομία / oikonomía : « administration d'un foyer », créé à partir de οἶκος / oîkos : « maison », dans le sens de patrimoine et νόμος / nómos : « loi, coutume ») est l'activité humaine qui consiste en la production, la distribution, l'échange et la consommation de biens et de services. L'économie au sens moderne du terme commence à s'imposer à partir des mercantilistes et développe à partir d'Adam Smith un important corpus analytique qui est généralement scindé en deux grandes branches : la microéconomie ou étude des comportements individuels et la macroéconomie qui émerge dans l'entre-deux-guerres. De nos jours l'économie applique ce corpus à l'analyse et à la gestion de nombreuses organisations humaines (puissance publique, entreprises privées, coopératives etc.) et de certains domaines : international, finance, développement des pays, environnement, marché du travail, culture, agriculture, etc.


NAVIGATION RAPIDE : » Index » ECONOMIE » glosar

Représentation

Envoyer cet article à vos amis dans votre liste de Yahoo Messenger


C'est un des concepts essentiels de la théorie politique et de la pratique démocratique. La représentation est un processus de délégation par le peuple ou par la nation du pouvoir politique. Elle est le fondement de la légitimité en démocratie, avec pour instrument le suffrage universel. Montesquieu fut l'un des premiers A  réfléchir A  cette notion. Il jugeait l'instauration d'un système de représentation politique indispensable. Du fait d'abord de l'impossibilité de réunir le peuple en assemblée comme dans les Etats-cités. Mais aussi parce qu'il jugeait le peuple non compétent pour exercer lui-mASme la plénitude du pouvoir politique, celui-ci étant incapable de prendre des résolutions, n'étant pas convenablement informé et suffisamment désintéressé. Montesquieu précisait donc: -Il faut que le peuple fasse par ses représentants tout ce qu'il ne peut pas faire par lui-mASme. -


Rousseau rejetait l'idée de représentation. La souveraineté étant la volonté générale issue du peuple réuni collectivement et dans son ensemble, elle ne peut AStre représentée ou aliénée. Cependant, contrairement A  la théorie du mandat impératif que défendaient certains révolutionnaires héritiers de Rousseau, la représentation dans nos Etats modernes, selon Simone Goyard-Fabre, - n'exprime pas un rapport électoral de subordination entre représentant et représenté. Elle ne signifie pas délégation de pouvoir ou mandat. Elle confère aux élus de la nation le pouvoir discrétionnaire de vouloir et de décider en son nom '. -
Derrière ce débat se cache un autre phénomène qu'évoque Jean Leca dans le Dictionnaire constitutionnel2. Dans l'opération de représentation il existe une part de création. En effet, le représentant, par son intermédiaire, fait advenir une abstraction qui ne possédait pas d'existence réelle. Pour autant, le représentant a deux significations : AStre présent en lieu et place des indidus et agir en leur nom. Ce qui suppose que la délégation soit reconnue par tous et soit légitime. C'est ce point sur lequel Max Weber insiste dans sa définition de la représentation. - Situation de fait qui veut que l'action de certains membres du groupement (représentants) soit imputée aux autres ou bien qu'elle doive AStre considérée par ces derniers comme " légitime " et que, les liant, elle le deenne en fait3. -





Privacy - Conditions d'utilisation




Copyright © 2011- 2023 : IPeut.com - Tous droits réservés.
Toute reproduction partielle ou complète des documents publiés sur ce site est interdite. Contacter