IPeut - écrits et documents
ManagementMarketingEconomieDroit
ss
Accueil # Contacter IPEUT




enterprise management icon

MANAGEMENT

Le management ou la gestion est au premier chef : l'ensemble des techniques d'organisation des ressources mises en œuvre dans le cadre de l'administration d'une entité, dont l'art de diriger des hommes, afin d'obtenir une performance satisfaisante. Dans un souci d'optimisation, le périmètre de référence s'est constamment élargi. La problématique du management s'efforce - dans un souci d'optimisation et d'harmonisation- d'intègrer l'impact de dimensions nouvelles sur les prises de décision de gestion.


NAVIGATION RAPIDE : » Index » MANAGEMENT » enterprise management


Le constructivisme

Le constructivisme : Enterprise Management



Sous ce terme de - constructivisme - se cachent trois références différentes. Il s'agit d'abord d'une théorie mathématique, ensuite d'un moument artistique (art et architecture soviétiques des années vingt) et enfin d'une approche épistémologique qui s'est déloppée surtout A  partir des travaux de Jean Piaget. C'est évidement ce dernier point qui va nous intéresser ici. Ce dernier moument s'est lui-mASme déloppé dans deux domaines, celui de la pédagogie et celui des sciences humaines en général. On parle ainsi de pédagogie constructiviste, surtout aux états-Unis, dans la mesure où l'élè et/ou l'étudiant construisent eux-mASmes leurs programmes selon leur propre personnalité et leurs intérASts spécifiques. L'épistémologie est cette partie de la philosophie qui pose la question de la connaissance et de sa validité : qu'est-ce qui fait que je peux considérer que je sais, que je comprends ou que j'apprends ? Certains lecteurs peunt s'étonner de trour ici cette référence philosophique. En fait, chaque fois que nous nous situons par rapport A  ce que nous appelons -la réalité-, nous faisons, sans le savoir et sans le vouloir nécessairement, de l'épistémologie donc de la philosophie.


Il y a, très schématiquement, deux faA§ons de se situer par rapport A  la réalité. La plus commune, la plus répandue est de considérer, précisément, que -quelque part- une réalité existe et que nos idées, ou plutôt nos représentations, reflètent cette - réalité ontologiquement objecti-. Les pauvres AStres humains que nous sommes n'ont pas d'autres possibilités que d'appréhender une infime partie de cette réalité, comme une limace qui s'attaque A  un jardin, ac des outils aussi imparfaits que des théories, des concepts ou des expérimentations scientifiques. Il s'agit lA  de l'appréhension la plus - intuiti - de la réalité dont nous serions ainsi de laborieux décodeurs. Cette appréhension est donc difficile A  modifier et A  faire évoluer.
En réaction A  cette attitude, et notamment au positivisme, c'est-A -dire A  la prééminence accordée aux données de l'expérience, le constructivisme considère que la connaissance - est une construction continuelle-. Cela signifie que dans une épistémologie constructiviste la réalité ne préexiste pas A  son observation. Ce qui est considéré comme étant la réalité est donc en fait une construction. Nous construisons nous-mASmes la réalité, ac d'autant plus d'efficacité que nous y sommes inclus. Il n'y a pas de rupture de continuité entre la réalité et nous-mASmes, mais un mASme processus dont il nous est impossible de nous dégager sauf de manière très conceptuelle.
Pour illustrer cet état d'esprit, je prendrais un exemple qui n'a, en apparence, qu'un aspect anodin. Dans la langue franA§aise on considère généralement qu'on -prend une décision-, alors qu'en anglais on dira plus volontiers : to ma/ce a décision. Tout de passe comme si, dans l'énoncé franA§ais, la décision préexistait puisqu'on la saisit, en quelque sorte, toute faite et toute prASte. L'anglais, au moins dans sa langue, construit la décision ex nihilo, dans un processus où il s'agit moins d'entériner des faits que de les provoquer. On voit bien ainsi la différence entre une position qui risque d'AStre passi et une autre attitude beaucoup plus, par définition constructi. Comme il s'agit de la réalité, ce type de prise de position a des conséquences importantes, entre autre, chaque fois que le passé d'une entreprise est invoqué pour expliquer tel ou tel fait du présent. J'aurais donc l'occasion de délopper ce dernier point.





Privacy - Conditions d'utilisation




Copyright © 2011- 2022 : IPeut.com - Tous droits réservés.
Toute reproduction partielle ou complète des documents publiés sur ce site est interdite. Contacter