IPeut - écrits et documents
Management Marketing Economie Droit
s s
Accueil # Contacter IPEUT




un marché en mutation icon

MARKETING

Le marketing, parfois traduit en mercatique, est une discipline de la gestion qui cherche à déterminer les offres de biens, de services ou d'idées en fonction des attitudes et de la motivation des consommateurs, du public ou de la société en général. Il favorise leur commercialisation (ou leur diffusion pour des activités non lucratives). Il comporte un ensemble de méthodes et de moyens dont dispose une organisation pour s'adapter aux publics auxquels elle s'intéresse, leur offrir des satisfactions si possible répétitives et durables. Il suscite donc par son aspect créatif des innovations sources de croissance d'activité. Ainsi l'ensemble des actions menées par l'organisation peut prévoir, influencer et satisfaire les besoins du consommateur et adapter ses produits ainsi que sa politique commerciale aux besoins cernés.


NAVIGATION RAPIDE : » Index » MARKETING » LE MARCHé DES SENIORS » Un marché en mutation

Comprendre le vieillissement

Envoyer cet article à vos amis dans votre liste de Yahoo Messenger



L'espérance de vie


L'espérance de vie a fortement progressé dans les dernières décennies en raison de la baisse de la mortalité infantile, des progrès dans les domaines alimentaire et de l'hygiène, et des progrès de la médecine. Selon les résultats des enquAStes santé de PInsee et du Credes, en 1981 et 1991, l'espérance de vie en bonne santé a progressé de 3 ans, contre 2,5 ans pour l'espérance de vie A  la naissance.
On constate de grandes inégalités dans l'espérance de vie et l'état de santé des Seniors. Les différences sociales expliquent en partie ces inégalités. L'espérance de vie A  60 ans d'un ouvrier est de 17 ans, de 19 ans pour les employés et monte A  23,5 ans pour les cadres de la fonction publique. Au fil des années, ces inégalités ont tendance A  s'accentuer.

Les facettes du vieillissement
Le vieillissement transforme un adulte en bonne santé en un individu plus fragile, plus vulnérable A  de nombreuses maladies, et dont le pouvoir de concentration et les résers d'énergie diminuent.
Comment fonctionne le processus du vieillissement ? Pour simplifier, on peut dire que les cellules du corps se renoullent sans cesse. Or les noulles cellules, qui ne sont que des copies des cellules originelles, sont A  chaque fois - moins - bonnes, ce qui engendre une dégradation cellulaire générale. Celle-ci est programmée génétiquement, mais elle est aussi influencée par notre mode de vie. De nombreux facteurs entrent en compte : la pratique du sport, l'alimentation, le niau social, la profession, la réaction face aux émotions et au stress.

Il y a plusieurs ages : il y a l'age chronologique, innté par l'homme, qui n'est qu'un repère dans le temps, l'age biologique (notons que ce concept n'est pas encore bien défini), qui indique le degré -d'usure du corps-, et l'age subjectif, qui correspond A  l'age que l'on pense avoir.
En ne s'intéressant qu'A  la sénescence (le vieillissement biologique), on fait l'impasse sur d'autres aspects importants du vieillissement : ses aspects psychologiques et sociaux. Des travaux du psychologue Cari Jung (A Life of Jung, Ronald Hayman, 1999) nous expliquent que dans la première partie de sa vie, l'homme s'efforce de créer une image de soi témoignant de son importance sociale et de son accomplissement dans la société. Le milieu de la vie d'un individu est un tournant crucial, où il peut enrichir sa personnalité. Moins préoccupé par sa place dans le monde extérieur, il peut faire émerger son - soi - profond par le processus - d'individualisation-. L'issue est essentiellement de trour en soi les forces pour accomplir son propre déloppement (source : Jean-Claude Henrard, directeur du Réseau fédération de recherche ; RFR, Santé Société et Solidarité; Credes).
Malheureusement, il est difficile de respecter ces cycles de vie dans une société -utilitariste- comme la nôtre. Le refus du vieillissement conduit A  conserr le plus longtemps possible des attitudes et des activités dites -jeunes-. Pour remédier A  ce décalage, certains se - fabriquent - un masque pour se protéger du monde extérieur. C'est le cas d'une grande majorité des baby-boomers, ce qui explique en partie le nombre d'études concluant que les membres de cette génération sont -comme les jeunes-, ce qui est fondamentalement faux.
La dimension sociale du vieillissement est aussi essentielle pour comprendre les Seniors. Vieillir a une signification différente selon les groupes sociaux, mais également selon les sexes. Dans nos sociétés, le statut traditionnel de l'age dépend de l'emploi productif chez l'homme et des événements du cycle de reproduction chez la femme. L'avancée en age des femmes et le début de la ménopause entrainent sount une diminution de l'estime de soi. Cependant, la génération du baby-boom tend A  réduire ces différences entre les hommes et les femmes.


Les capacités intellectuelles selon les ages

Est-ori moins agile intellectuellement lorsqu'on arri A  la cinquantaine ? Rien n'est plus faux. Au contraire, dans certains cas, un cinquantenaire possède des facultés intellectuelles supérieures A  celles d'un jeune de 25 ans. Comment cela s'explique-t-il ?
Contrairement A  une idée reA§ue, ce n'est pas A  25 ou 30 ans que nos capacités intellectuelles sont le plus déloppées. A€ 55 ans, on est tout aussi capable d'apprendre une langue étrangère, par exemple, que n'importe qui d'autre. Selon les études récentes sur le sujet, la capacité linguistique est A  son meilleur niau A  46 ans et ne décline vraiment qu'A  l'age de 61 ans. Quant A  la capacité d'orientation, elle atteint son apogée A  53 ans et commence A  décliner A  61 ans. A€ la cinquantaine, la capacité de déduction reste sle, ac cependant un léger déclin. LA  encore, c'est A  partir de l'age de 60 ans que cette faculté se dégrade (source : Arbeitsamt Deutschland).
Ce constat sur les capacités intellectuelles rejoint les études faites sur la mémoire. L'efficacité du cerau n'est pas liée A  sa dimension. Ce n'est pas parce que l'on a un cerau plus gros que l'on est plus intelligent. La preu : des scientifiques ont constaté que le cerau d'Anatole France était étonnamment plus petit que la moyenne. En fait, ce qui compte, ce sont les connexions entre neurones. Plus les connexions neuronales sont nombreuses, plus les capacités de mémorisation sont grandes. Comment se déloppe le réseau neuronal ? Les noulles informations stimulent et sollicitent les neurones et leurs connexions qui sont ainsi amenées A  se délopper. Plus ils ont de contacts entre eux, plus l'information peut circuler rapidement et emprunter dirs chemins. Mais attention ! L'évolution inrse est également possible. Si le cerau n'est plus sollicité par l'information, le réseau neuronal tend A  se détériorer et ac lui les capacités intellectuelles. On peut donc dire que si l'on est en bonne santé, la mémoire tend A  AStre plus efficace A  l'age de 60 ans qu'A  celui de 25. Il ne faut pas oublier non plus que certaines fonctions physiologiques (l'acuité visuelle, l'audition, la vitesse de traitement de l'information) s'altèrent ac l'age. C'est probablement l'une des raisons pour lesquelles les Seniors eux-mASmes croient que leurs capacités intellectuelles baissent. Effectiment ac une acuité visuelle ou auditi déficiente, la réceptivité du cerau est entravée. Mais ceci n'a rien A  voir ac ses capacités intrinsèques.





Privacy - Conditions d'utilisation
Copyright © 2011- 2018 : IPeut.com - Tous droits réservés.
Toute reproduction partielle ou complète des documents publiés sur ce site est interdite. Contacter

Au sujet des le marché des seniors

Un marché en mutation
Les tendances
Les seniors, une cible hétérogène
Les stratégies pour conquérir le marché des seniors
Les médias et les seniors
La communication senior
Au contact des seniors