IPeut - écrits et documents
ManagementMarketingEconomieDroit
ss
Accueil # Contacter IPEUT




la loi des rendements croissants icon

ECONOMIE

L’économie, ou l’activité économique (du grec ancien οἰκονομία / oikonomía : « administration d'un foyer », créé à partir de οἶκος / oîkos : « maison », dans le sens de patrimoine et νόμος / nómos : « loi, coutume ») est l'activité humaine qui consiste en la production, la distribution, l'échange et la consommation de biens et de services. L'économie au sens moderne du terme commence à s'imposer à partir des mercantilistes et développe à partir d'Adam Smith un important corpus analytique qui est généralement scindé en deux grandes branches : la microéconomie ou étude des comportements individuels et la macroéconomie qui émerge dans l'entre-deux-guerres. De nos jours l'économie applique ce corpus à l'analyse et à la gestion de nombreuses organisations humaines (puissance publique, entreprises privées, coopératives etc.) et de certains domaines : international, finance, développement des pays, environnement, marché du travail, culture, agriculture, etc.


NAVIGATION RAPIDE : » Index » ECONOMIE » ECONOMIE GéNéRALE » La loi des rendements croissants


Le chemin de l'abondance

Le chemin de l'abondance : la loi des rendements croissants




Mais la meilleure des politiques ne suffira pas A  nous protéger contre l'autre rareté qui nous domine, la rareté subjective A  laquelle nous condamne la logique de maximisation des profits marchands. Cette dernière est en effet une machine A  entretenir la rareté perpétuelle. Le développement des profits suppose de réveiller sans cesse notre appétit de consommation. Car on gagne moins d'argent en satisfaisant un besoin qu'en l'entretenant par l'obso-lescence accélérée des biens.


Ainsi, quel que soit le nombre de téléviseurs, de téléphones porles et de itures dont nous disposons, il nous - manquera - toujours le modèle dernier cri. On fait souvent semblant de croire que la dernière nouveauté satisfera mieux nos besoins, car personne n'aime souffrir sans raison, et parce que l'utilité est le meilleur alibi pour justifier notre anxiété d'AStre privé du futile et de l'accessoire. Mais au fond, nous sans parfaitement que bien des - nouveautés - ne sont que de futures ex-nouveautés, qui rejoindront bientôt dans nos placards le cimetière déjA  encombré de nos envies fugaces.
Notre seule excuse est la pression A  laquelle nous soumettent les marchands de nouveautés. A€ peine avez-us consommé le plaisir de déballer tre nouvel ordinateur qu'il us faut souffrir les publicités vantant des processeurs encore plus rapides, des sectiunes vidéo deux fois plus puissantes, des écrans plus plats, des souris plus craquantes. Que faire? Souffrir en silence ? Commencer A  économiser aussitôt pour racheter un ordinateur l'an prochain ? Ne rien acheter et ne pas profiter du progrès technique pour AStre sûr de n'en pas souffrir? Il serait plus sage de simplement us demander de quoi us avez vraiment besoin, au lieu de chercher l'inaccessible moyen d'obtenir tout ce que us n'avez pas.
Comment sortir de cette folie du besoin d'air besoin ? Si l'on peut espérer des découvertes techniques qui nous dispensent de consommer les ressources non reproductibles, il est en revanche évident qu'aucune rélution technologique ne nous protégera contre la rareté que nourrit notre angoisse de ne pas air encore plus. Le politique peut sans doute nous AStre de quelque secours pour tempérer la course au profit, A  condition que nous le lui demandions. Mais n'est-ce pas surtout A  nous tous de transformer nos attentes, nos demandes, d'exiger des matériels élutifs, d'obtenir des producteurs la reprise et le recyclage systématique de nos équipements usagés ?
De mASme, ce n'est pas le politique qui nous affranchira du besoin impérieux d'air davantage. Il ne dépend que de nous de redécouvrir l'abondance que promettent la sagesse et le partage. Je dis bien re-découvrir car, dans notre vie quotidienne, nous sommes bien capables de jouir des biens gratuits que nous procurent nos sens, notre simple présence au monde, les liens avec nos proches. Nous sans aussi que ce que l'on donne de bon cœur vaut pour nous cent fois plus que ce que nous stockons dans nos armoires.
Seulement ilA  : la fatigue, l'empressement et les soucis nous font souvent oublier ces évidences. Alors, pour ne pas oublier, si us m'autorisez un conseil, je suggère deux exercices quotidiens de mise en forme morale. Chaque matin, levez-us en pensant qu'aujourd'hui la première préoccupation d'un milliard d'hommes et de femmes sera de trouver de l'eau. Chaque soir, projetez-us vers le dernier instant de tre vie et imaginez ce qui us semblera alors le plus précieux : les richesses que us aurez accumulées ou celles que us aurez données ?





Privacy - Conditions d'utilisation

Copyright © 2011- 2020 : IPeut.com - Tous droits réservés.
Toute reproduction partielle ou complète des documents publiés sur ce site est interdite. Contacter

Au sujet des economie générale

Les services, de quoi s agit-il?
Qualifier et optimiser l offre de services
Organiser la production du service
Moyens et financements pour monter une activité de services
Bien cerner et gérer l aspect humain
Communiquer de façon pertinente
Les regles de l art et l art de se développer
Courants et théories
Marché, économie et société
Nature et destin du capitalisme
Croissance et développement
Emploi
Les mondes de la finance
Commerce international et globalisation
L erreur est rationnelle
Il n est de richesse que d hommes
La croissance n est pas le développement
La loi des rendements croissants
La loi de l avantage politique comparé
Laisser faire ou laisser passer : il faut choisir
La loi du gateau : plus on le partage, plus il y en a
Le salaire n est pas l ennemi de l emploi
Un bon déficit vaut mieux qu un mauvais excédent
Il suffirait d y croire
RÉactions contre la pensÉe classique anglaise
La gÉnÉralisation de la thÉorie gÉnÉrale
L apport des disciplines voisines
La coexistence des idÉologies
Comment distinguer un capital-investisseur d un autre
Le capital-investissement, pour quels entrepreneurs ?
Les due diligence et les personnes qui les conduisent
D où proviennent les fonds des capital-investisseurs ?
L organisation d une équipe de capital-investissement
Les instruments d une prise de participation