IPeut - écrits et documents
ManagementMarketingEconomieDroit
ss
Accueil # Contacter IPEUT




l erreur est rationnelle icon

ECONOMIE

L’économie, ou l’activité économique (du grec ancien οἰκονομία / oikonomía : « administration d'un foyer », créé à partir de οἶκος / oîkos : « maison », dans le sens de patrimoine et νόμος / nómos : « loi, coutume ») est l'activité humaine qui consiste en la production, la distribution, l'échange et la consommation de biens et de services. L'économie au sens moderne du terme commence à s'imposer à partir des mercantilistes et développe à partir d'Adam Smith un important corpus analytique qui est généralement scindé en deux grandes branches : la microéconomie ou étude des comportements individuels et la macroéconomie qui émerge dans l'entre-deux-guerres. De nos jours l'économie applique ce corpus à l'analyse et à la gestion de nombreuses organisations humaines (puissance publique, entreprises privées, coopératives etc.) et de certains domaines : international, finance, développement des pays, environnement, marché du travail, culture, agriculture, etc.


NAVIGATION RAPIDE : » Index » ECONOMIE » ECONOMIE GéNéRALE » L erreur est rationnelle


Sommes-nous vraiment des maximisateurs d'utilité ?

Sommes-nous vraiment des maximisateurs d'utilité ? : l erreur est rationnelle



L'analyse économique a elle-mASme, et très tôt, démontré les limites de cette hypothèse et expliqué comment des choix rationnels peuvent conduire A  des erreurs indiduelles et collectives. Une première limite édente tient au fait que bien des comportements observés contredisent l'idée que nous fonctionnerions comme des calculettes optimisées pour maximiser nos gains nets de bien-AStre.


En 1953, Maurice Allais a ainsi procédé au test suivant : on propose A  des indidus deux loteries (une série de tirages au sort) dont l'une entraine un gain certain et l'autre un gain incertain mais dont l'espérance mathématique est plus élevée. Eh bien, l'immense majorité des joueurs préfère la loterie au gain certain, alors mASme que la possibilité de procéder A  un grand nombre de tirages leur garantirait une espérance de gain plus élevée s'ils optaient pour la loterie au gain incertain. Ce résultat paradoxal a été souvent confirmé par des tests répétés. Conclusion : contrairement A  l'hypothèse de rationalité forte, des indidus sains de corps et d'esprit ne cherchent pas nécessairement A  maximiser leur espérance d'utilité.
La science politique relève aussi un exemple classique de mise en échec de cette hypothèse : le paradoxe du vote. La majorité des citoyens persiste A  se rendre aux urnes alors que chacun sait bien que, dans un scrutin national du moins, la probabilité que son vote influe sur le résultat final est quasiment nulle. Le coût du vote semble ici toujours supérieur A  sa - renilité - et il est en conséquence délicat de voir lA  le résultat d'une maximisation de l'utilité espérée.
Un type encore plus répandu et plus fréquent de comportement sous-optimal est celui qui consiste A  faire un choix qui ne maximise pas la satisfaction présente ou future parce que l'on refuse de remettre en question des choix passés erronés. Les Américains appellent cette attitude sunk costfallacy (littéralement - sophisme des coûts fixes -) que Jean-Pierre Dupuy propose de transcrire par - sophisme de l'amortissement - et dont il développe une illustration remarquable :
-Je me suis porté acquéreur d'un équipement coûteux. J'ai jugé rationnel de faire cet investissement en supposant probable la réalisation d'un certain événement. Il se trouve que je me suis trompé. J'ai par exemple naïvement cru que les programmes de télésion sauraient me divertir et m'instruire et j'ai acquis un appareil hautement "sophistiqué". Je découvre mon erreur. Que dois-je faire ? Faire marcher l'équipement ou m'en débarrasser? La rationalité requiert en principe que je ne tienne pas compte dans ce choix du coût d'investissement : c'est un sunk cost, il relève A  jamais du passé. [] En d'autres termes ma décision devrait AStre la mASme que celle qu'il serait rationnel de prendre si l'équipement m'avait été donné. Je dois donc er les coûts et avantages de ma décision d'exploiter l'équipement considéré comme donné A  ceux qu'entrainerait toute autre option qui m'est ouverte. Je peux AStre ainsi conduit A  juger qu'il vaut mieux remiser l'équipement, ce qui implique d'en faire passer le coût d'acquisition par pertes et profits et de reconnaitre l'irrationalité a posteriori de la décision de départ.
- La plupart d'entre nous ne nous comportons pas de cette manière, et la sunk costfallacy est la chose la mieux partagée. Nous l'avons payé cher, cet équipement, il faut donc que nous 1'"amortissions". Plus nous l'avons payé cher, plus il nous parait indispensable de l'utiliser, mASme si cela coûte beaucoup et rapporte peu par rapport A  d'autres options possibles : c'est un souci de cohérence interne entre notre moi passé et notre moi présent, souci qu'il s'agit de mieux analyser, qui nous pousse A  agir ainsi. [] on est dans l'irrationalité la plus caractérisée, mais on sent néanmoins qu'il y a une sorte de logique derrière cette irrationalité10. -
Ce genre de comportements est monnaie courante dans la e quotidienne, et chaque lecteur, maintenant qu'il en est averti, aura tôt fait de s'en apercevoir dans les jours qui ennent. Je ne prendrai pour ma part qu'un exemple qui concerne tous les parents de la terre. Qui n'a pas un jour, au nom d'une légitime aversion pour le gaspillage, contraint son enfant A  terminer son assiette quand le malheureux se sentait déjA  au bord de l'indigestion? Ce faisant, nous ne comprenons pas que le gaspillage s'est déjA  irrémédiablement produit quand nous avons préparé un diner trop copieux par rapport A  ce qui était nécessaire pour procurer la satisfaction recherchée. Nous perdons de vue qu'il s'agit de nourrir correctement notre enfant et non de le gaver. Nous ajoutons A  l'erreur initiale d'évaluation une erreur de diététique et d'éducation qui finira par accoutumer l'organisme de notre chérubin A  des quantités excessives de nourriture, réduira ainsi son espérance de e, perturbera éventuellement son entendement en lui inculquant la conction que les gens se réunissent autour d'une le pour s'infliger des olences ou, au contraire, ce qui n'est guère préférable, qu'aimer les autres consiste plus A  les remplir qu'A  les écouter.





Privacy - Conditions d'utilisation




Copyright © 2011- 2021 : IPeut.com - Tous droits réservés.
Toute reproduction partielle ou complète des documents publiés sur ce site est interdite. Contacter

Au sujet des economie générale

Les services, de quoi s agit-il?
Qualifier et optimiser l offre de services
Organiser la production du service
Moyens et financements pour monter une activité de services
Bien cerner et gérer l aspect humain
Communiquer de façon pertinente
Les regles de l art et l art de se développer
Courants et théories
Marché, économie et société
Nature et destin du capitalisme
Croissance et développement
Emploi
Les mondes de la finance
Commerce international et globalisation
L erreur est rationnelle
Il n est de richesse que d hommes
La croissance n est pas le développement
La loi des rendements croissants
La loi de l avantage politique comparé
Laisser faire ou laisser passer : il faut choisir
La loi du gateau : plus on le partage, plus il y en a
Le salaire n est pas l ennemi de l emploi
Un bon déficit vaut mieux qu un mauvais excédent
Il suffirait d y croire
RÉactions contre la pensÉe classique anglaise
La gÉnÉralisation de la thÉorie gÉnÉrale
L apport des disciplines voisines
La coexistence des idÉologies
Comment distinguer un capital-investisseur d un autre
Le capital-investissement, pour quels entrepreneurs ?
Les due diligence et les personnes qui les conduisent
D où proviennent les fonds des capital-investisseurs ?
L organisation d une équipe de capital-investissement
Les instruments d une prise de participation