IPeut - écrits et documents
ManagementMarketingEconomieDroit
ss
Accueil # Contacter IPEUT




la loi de l avantage politique comparé icon

ECONOMIE

L’économie, ou l’activité économique (du grec ancien οἰκονομία / oikonomía : « administration d'un foyer », créé à partir de οἶκος / oîkos : « maison », dans le sens de patrimoine et νόμος / nómos : « loi, coutume ») est l'activité humaine qui consiste en la production, la distribution, l'échange et la consommation de biens et de services. L'économie au sens moderne du terme commence à s'imposer à partir des mercantilistes et développe à partir d'Adam Smith un important corpus analytique qui est généralement scindé en deux grandes branches : la microéconomie ou étude des comportements individuels et la macroéconomie qui émerge dans l'entre-deux-guerres. De nos jours l'économie applique ce corpus à l'analyse et à la gestion de nombreuses organisations humaines (puissance publique, entreprises privées, coopératives etc.) et de certains domaines : international, finance, développement des pays, environnement, marché du travail, culture, agriculture, etc.


NAVIGATION RAPIDE : » Index » ECONOMIE » ECONOMIE GéNéRALE » La loi de l avantage politique comparé


La nouvelle théorie du commerce international

La nouvelle théorie du commerce international : la loi de l avantage politique comparé




La nouvelle théorie du commerce international
Dans les années 1980, l'approche jusqu'alors dominante est suptée par une nouvelle théorie du commerce international dont l'initiateur le plus connu est Paul Krugman. La nouveauté est au demeurant très relative, dans la mesure où la théorie en question prolonge en réalité l'ensemble des traux plus anciens qui, renonA§ant aux hypothèses trop irréalistes du modèle de concurrence parfaite, en tiraient les conséquences pour l'échange international. Nous ne pouvons ici qu'évoquer sommairement certains des arguments essentiels de cette approche alternative34. La première piste rouverte par Krugman (1979) consiste A  intégrer les effets de la concurrence monopolistique mise A  jour par Edward Chamberlin en 1933, et déjA  étudiés dès 1942 par Donald Marsh. Rappelons de quoi il s'agit. Chamberlin montre qu'A  côté de la concurrence par les prix se développe une concurrence par les caractéristiques des produits. Les entreprises s'efforcent de différencier leurs biens soit par leurs qualités objectives, soit par des qualités subjectives (marque, mode) ntées par des camnes de publicité.


En cas de succès de leur stratégie de différenciation, les entreprises, tout en restant sur un marché concurrentiel, acquièrent des monopoles sur des riétés spécifiques de biens que la théorie traditionnelle considérait comme parfaitement homogènes. Par exemple, Volkswagen a le monopole de la Golf tandis que Peugeot détient le monopole de la 307. Les deux entreprises sont en concurrence sur le marché de l'automobile, mais, au lieu de produire le mASme bien sur ce marché, elles développent des riantes originales de ce bien.
Dans la mesure où les consommateurs aiment la riété, un mASme bien sera habituellement produit par un ensemble de firmes qui se spécialisent dans une ou des riétés particulières de ce bien. Cette différenciation des produits pourrait expliquer A  la fois le commerce intra-branche et l'essor des échanges entre pays aux dotations factorielles identiques : l'importation et l'exportation de biens identiques (des voitures) sont en fait des échanges de riétés différentes (Golf contre 307).
Une seconde piste, initiée par Michael Posner (1961) et Raymond Vernon (1966), explore les effets de la recherche et des innotions technologiques. Une nation peut disposer temporairement d'un antage atif quand elle est la première A  exploiter une innotion et les produits nouveaux qu'elle engendre. Dans l'interlle de temps nécessaire pour que les autres pays puissent l'imiter, elle est en position de monopole.
Cette voie de recherche se combine avec une troisième piste qui intègre l'existence de rendements d'échelle croissants [Loi nA° 15]. En effet, ces derniers confèrent un antage aux premiers arrints sur un marché : en développant leur échelle de production, ils ont abaissé leurs coûts moyens A  un niveau dissuadant l'entrée tardive de nouveaux concurrents : ceux-ci ne pourront amorcer leur production qu'A  une échelle plus réduite et donc A  un niveau de coût sensiblement plus élevé. Un accident historique (guerre, colonisation, etc.) qui retarde l'entrée d'un pays dans une industrie, ou au contraire favorise son entrée ant tous les autres, peut ainsi engendrer des antages et désantages atifs durables.
De plus, avec des rendements croissants, la productivité d'une industrie nationale dépend de la taille du pays, c'est-A -dire de la taille du marché intérieur. Un grand pays peut disposer d'un antage compétitif par rapport aux petits pays : d'une part, il peut amortir ses coûts fixes sur un volume de production plus important, d'autre part, il dispose A  la fois de plus de moyens financiers et d'incitations pour rechercher des innotions technologiques qui lui procureront un nouvel antage et/ou pour assurer la promotion de ses produits. Cet argument est souvent évoqué, par exemple, pour montrer l'antage compétitif naturel dont bénéficie le cinéma américain par rapport au cinéma européen.





Privacy - Conditions d'utilisation

Copyright © 2011- 2020 : IPeut.com - Tous droits réservés.
Toute reproduction partielle ou complète des documents publiés sur ce site est interdite. Contacter

Au sujet des economie générale

Les services, de quoi s agit-il?
Qualifier et optimiser l offre de services
Organiser la production du service
Moyens et financements pour monter une activité de services
Bien cerner et gérer l aspect humain
Communiquer de façon pertinente
Les regles de l art et l art de se développer
Courants et théories
Marché, économie et société
Nature et destin du capitalisme
Croissance et développement
Emploi
Les mondes de la finance
Commerce international et globalisation
L erreur est rationnelle
Il n est de richesse que d hommes
La croissance n est pas le développement
La loi des rendements croissants
La loi de l avantage politique comparé
Laisser faire ou laisser passer : il faut choisir
La loi du gateau : plus on le partage, plus il y en a
Le salaire n est pas l ennemi de l emploi
Un bon déficit vaut mieux qu un mauvais excédent
Il suffirait d y croire
RÉactions contre la pensÉe classique anglaise
La gÉnÉralisation de la thÉorie gÉnÉrale
L apport des disciplines voisines
La coexistence des idÉologies
Comment distinguer un capital-investisseur d un autre
Le capital-investissement, pour quels entrepreneurs ?
Les due diligence et les personnes qui les conduisent
D où proviennent les fonds des capital-investisseurs ?
L organisation d une équipe de capital-investissement
Les instruments d une prise de participation