IPeut - écrits et documents
ManagementMarketingEconomieDroit
ss
Accueil # Contacter IPEUT




la loi dans les sciences icon

DROIT

Le droit est l'ensemble des règles générales et abstraites indiquant ce qui doit être fait dans un cas donné, édictées ou reconnues par un organe officiel, régissant l'organisation et le déroulement des relations sociales et dont le respect est en principe assuré par des moyens de contrainte organisés par l'État.


NAVIGATION RAPIDE : » Index » DROIT » LOI GéNéRALE » La loi dans les sciences


Descartes

Descartes : la loi dans les sciences



LOIS DE LA NATURE ET MÉTAPHYSIQUE



Dessectiunes, Principes de ta philosophie, éd. F. Alquié, Œuvres philosophiques., t. III, Garnier, 1973, p. 182-l91.

Dessectiunes est l'un des premiers — ac Boyle (A Free En-quiry into the Vulgarly Receid Notion of Nature) — à employer dans un sens moderne le terme « loi » pour désigner les règles du moument des corps. Il est plus précisément l'un des premiers à le conceptualiser.
11 donne à la notion une fondation métaphysique : le principe selon lequel « Dieu conser chaque chose par une action continue », et « précisément telle qu'elle est au même instant qu'il la conser » (Œuvres, t. I, p. 359) garantit la validité des lois du moument décourtes. Plus précisément, « tout ce qui est, ou existe, demeure toujours en l'état qu'il est, si quelque cause extérieure ne le change » (ibid., t. III, p. 16, cf. F. de Buzon, V. Carraud, Dessectiunes et les Principia 11, PUF, 1994, p. 30-32). La loi de la conservation de l'état d'un corps concerne le moument autant que le repos, mais aussi, comme il a été précisé dans le Monde (ibid., t. I, chap. Vil, p. 351), toute sorte d'état (grosseur, ure).
Ce fondement métaphysique de la physique moderne combat une autre métaphysique : l'explication scolastique des phénomènes, produit de l'aristoté-lisme, qui s'est maintenu dans l'Unirsité. La nature y est finalisée, et l'espace hétérogène. Il existe des lieux naturels. Le moument est de quatre sortes : selon la substance (génération et corruption), selon la qualité, selon la quantité, et enfin selon le lieu. En conséquence, les explications scientifiques se font par les causes finales (le corps tombe pour rejoindre son espace naturel) et les qualités ou formes (le feu brûle par sa rtu igniti) qui ne donnent d'autres causes que rbales. Cette vision des choses est écartée par Dessectiunes. Son geste consiste à rejeter toute la finalité hors de la nature dans le Dieu créateur. C'est donc à une redéfinition de la nature qu'il procède, et qui pourra seule permettre son approche en termes de lois. Ainsi, il ramène les quatre types de moument à un seul : le moument selon le lieu ; il réduit la nature à de la matière, de la conuration et du moument, et analyse la matière comme de l'étendue. L'espace n'est plus hétérogène, mais uniformément homogène et infini.
Ce détour par la métaphysique est nécessaire pour rendre possible une mathématisation de la science physique. Seules les quantités uniformes sont susceptibles de mesure, donc de calcul.
Pour résumer, un principe métaphysique (immuilité de la volonté divine) garantit la validité des trois lois fondamentales du moument qui se découvrent a priori. Enfin, de celles-ci, Dessectiunes entend déduire les règles du moument et du choc des corps (art. 46 à 52 des Principes). Le recours à l'expérience est restreint. Nos sens nous livrent du monde réel autre chose que ce qu'énoncent ces lois (Œuvres, t. I, p. 363). Non que l'expérience ne doi, uiti-mement (voir ci-dessous la résistance de l'air) s'accorder ac les lois, mais elle ne saurait seule les suggérer à la connaissance.
Les lois cartésiennes sont en partie inexactes et dépassées. Par exemple, la conservation de la quantité de moument suggérée par la seconde loi considère seulement la vitesse sans égard à la conservation de la direction, comme le lui reproche Leibniz (Système nouau, p. 80-81). Dessectiunes utilise en effet la vitesse de façon scalaire et non ctorielle (F. de Buzon, V. Carraud, PUF, 1994, Dessectiunes et les Prin-cipia, p. 100). C'est donc la force mouvante et la direction qu'il faut conserr, et pas seulement le moument. L'idée de Leibniz doit à son tour être rectifiée en tenant compte de la conservation de l'énergie.

36. Que Dieu est la première cause du moument, et qu'il en conser toujours une égale quantité en l'unirs.


Après avoir examiné la nature du moument, il faut que nous en considérions la cause, et parce qu'elle peut être prise en deux façons, nous commencerons par la première et plus unirselle, qui produit généralement tous les mouments qui sont au monde ; nous considérerons par après l'autre, qui fait que chaque partie de la matière en acquiert, qu'elle n'avait pas auparavant. Pour ce qui est de la première il me semble qu'il est évident qu'il n'y en a point d'autre que Dieu, qui de sa toute-puissance a créé la matière ac le moument et le repos, et qui conser maintenant en l'unirs, par son concours ordinaire, autant de moument et de repos qu'il y en a mis en le créant. Car, bien que le moument ne soit qu'une façon en la matière qui est mue, elle en a pourtant une certaine quantité qui n'augmente et ne diminue jamais, encore qu'il y en ait tantôt plus et tantôt moins en quelques-unes de ses parties. C'est pourquoi, lorsqu'une partie de la matière se meut deux fois plus vite qu'une autre, et que cette autre est deux fois plus grande que la première, nous devons penser qu'il y a tout autant de moument dans la plus petite que dans la plus grande ; et que toutes fois et quantes que le moument d'une partie diminue, celui de quelque autre partie augmente à proportion. Nous connaissons aussi que c'est une perfection en Dieu, non seulement de ce qu'il est immuable en sa nature, mais encore de ce qu'il agit d'une façon qu'il ne change jamais : tellement qu'outre les changements que nous voyons dans le monde, et ceux que nous croyons, parce que Dieu les a révélés, et que nous savons arrir ou être arrivés en la nature sans aucun changement de la part du Créateur, nous ne devons point en supposer d'autres en ses ouvrages, de peur de lui attribuer de l'inconstance. D'où il suit que, puisqu'il a mû en plusieurs façons différentes les parties de la matière, lorsqu'il les a créées, et qu'il les maintient toutes en la même façon et ac les mêmes lois qu'il leur a fait obserr en leur création, il conser incessamment en cette matière une égale quantité de moument.

37. La première loi de la nature : que chaque chose demeure en l'état qu'elle est, pendant que rien ne le change.
De cela aussi que Dieu n'est point sujet à changer, et qu'il agit toujours de même sorte, nous pouvons parnir à la connaissance de certaines règles, que je nomme les lois de la nature, et qui sont les causes secondes des dirs mouments que nous remarquons en tous les corps ; ce qui les rend ici fort considérables. La première est que chaque chose en particulier continue d'être en même état autant qu'il se peut, et que jamais elle ne le change que par la rencontre des autres. Ainsi nous voyons tous les jours, lorsque quelque partie de cette matière est carrée, qu'elle demeure toujours carrée, s'il n'arri rien d'ailleurs qui change sa ure ; et que, si elle est en repos, elle ne commence point à se mouvoir de soi-même. Mais lorsqu'elle a commencé une fois de se mouvoir, nous n'avons aussi aucune raison de penser qu'elle doi jamais cesser de se mouvoir de même force, pendant qu'elle ne rencontre rien qui retarde ou qui arrête son moument. De façon que, si un corps a commencé une fois de se mouvoir, nous devons conclure qu'il continue par après de se mouvoir, et que jamais il ne s'arrête de soi-même. Mais, parce que nous habitons une terre dont la constitution est telle que tous les mouments qui se font auprès de nous cessent en peu de temps, et sount par des raisons qui sont cachées à nos sens, nous avons jugé, dès le commencement de notre vie, que les mouments qui cessent ainsi par des raisons qui nous sont inconnues, s'arrêtent d'eux-mêmes, et nous avons encore à présent beaucoup d'inclination à croire le semblable de tous les autres qui sont au monde, à savoir, que naturellement ils cessent d'eux-mêmes, et qu'ils tendent au repos, parce qu'il nous semble que nous en avons fait l'expérience en plusieurs rencontres. Et toutefois ce n'est qu'un faux préjugé, qui répugne manifestement aux lois de la nature ; car le repos est contraire au moument, et rien ne se porte par l'instinct de sa nature à son contraire, ou à la destruction de soi-même.



38. Pourquoi les corps poussés de la main continuent de se mouvoir après qu'elle les a quittés.
Nous voyons tous les jours la preu de cette première règle dans les choses qu'on a poussées au loin. Car il n'y a point d'autre raison pourquoi elles continuent de se mouvoir, lorsqu'elles sont hors de la main de celui qui les a poussées, sinon que, suivant les lois de la nature, tous les corps qui se meunt continuent de se mouvoir jusques à ce que leur moument soit arrêté par quelques autres corps. Et il est évident que l'air et les autres corps liquides, entre lesquels nous voyons ces choses se mouvoir, diminuent peu à peu la vitesse de leur moument ; car nous pouvons même sentir de la main la résistance de l'air, si nous secouons assez vite un éntail qui soit étendu, et il n'y a point de corps fluide sur la terre, qui ne résiste, encore plus manifestement que l'air, aux mouments des autres corps.

39. La seconde loi de la nature : que tout corps qui se meut, tend à continuer son moument en ligne droite.
La seconde loi que je remarque en la nature, est que chaque partie de la matière, en son particulier, ne tend jamais à continuer de se mouvoir suivant des lignes courbes, mais suivant des lignes droites, bien que plusieurs de ces parties soient sount contraintes de se détourner, parce qu'elles en rencontrent d'autres en leur chemin, et que, lorsqu'un corps se meut, il se fait toujours un cercle ou anneau de toute la matière qui est mue ensemble. Cette règle, comme la précédente, dépend de ce que Dieu est immuable, et qu'il conser le moument en la matière par une opération très simple ; car il ne le conser pas comme il a pu être quelque temps auparavant, mais comme il est précisément au même instant qu'il le conser. Et bien qu'il soit vrai que le moument ne se fait pas en un instant, néanmoins il est évident que tour corps qui se meut, est déterminé à se mouvoir suivant une ligne droite, et non pas suivant une circulaire [].

40. La troisième : que, si un corps qui se meut en rencontre un autre plus fort que soi, il ne perd rien de son moument, et s'il en rencontre un plus faible qu'il puisse mouvoir, il en perd autant qu'il lui en donne.
La troisième loi que je remarque en la nature, est que, si un corps qui se meut et qui en rencontre un autre, a moins de force, pour continuer de se mouvoir en ligne droite, que cet autre pour lui résister, il perd sa détermination sans rien perdre de son moument ; et que, s'il a plus de force, il meur ac soi cet autre corps, et perd autant de son moument qu'il lui en donne.





Privacy - Conditions d'utilisation




Copyright © 2011- 2021 : IPeut.com - Tous droits réservés.
Toute reproduction partielle ou complète des documents publiés sur ce site est interdite. Contacter