IPeut - écrits et documents
ManagementMarketingEconomieDroit
ss
Accueil # Contacter IPEUT




la croissance n est pas le développement icon

ECONOMIE

L’économie, ou l’activité économique (du grec ancien οἰκονομία / oikonomía : « administration d'un foyer », créé à partir de οἶκος / oîkos : « maison », dans le sens de patrimoine et νόμος / nómos : « loi, coutume ») est l'activité humaine qui consiste en la production, la distribution, l'échange et la consommation de biens et de services. L'économie au sens moderne du terme commence à s'imposer à partir des mercantilistes et développe à partir d'Adam Smith un important corpus analytique qui est généralement scindé en deux grandes branches : la microéconomie ou étude des comportements individuels et la macroéconomie qui émerge dans l'entre-deux-guerres. De nos jours l'économie applique ce corpus à l'analyse et à la gestion de nombreuses organisations humaines (puissance publique, entreprises privées, coopératives etc.) et de certains domaines : international, finance, développement des pays, environnement, marché du travail, culture, agriculture, etc.


NAVIGATION RAPIDE : » Index » ECONOMIE » ECONOMIE GéNéRALE » La croissance n est pas le développement


L'irrésistible essor d'une religion de la croissance

L'irrésistible essor d'une religion de la croissance : la croissance n est pas le développement




L'irrésistible essor d'une religion de la croissance
Au xxe siècle, en effet, changement de décor intellectuel ! Le formidable essor de la production matérielle et de la productivité relègue pour longtemps au cimetière des erreurs de prévision les inquiétudes et les réserves des classiques A  l'égard de la soutenabi-lité d'une croissance infinie. De plus, dans les pays occidentaux et au Japon, la coïncidence flagrante entre l'industrialisation rapide et le progrès général et considérable du niveau de vie, de l'éducation, de l'espérance de vie, de la démocratie, estompe la différence entre croissance et développement. De toute évidence l'un ne pas sans l'autre. Le mot - développement - est d'ailleurs quasiment absent du vocabulaire courant et des modèles économiques ant les années 1950. Dans les pays riches du Nord, la macroéconomie dynamique (initiée par R.F. Harrod en 1939, pour la branche keynésienne, puis par Robert Solow, en 1956, pour la branche néoclassique) et les politiques économiques ne se préoccupent guère que de la croissance, implicitement considérée comme dispensatrice de tous les bienfaits du développement.


Le fait que la majeure partie du monde reste encore A  l'écart des progrès fabuleux constatés dans les pays du Nord suscite toutefois un doute sérieux sur la pertinence d'une simple théorie anglo-saxonne de la croissance pour rendre compte de la situation des pays pauvres. L'interprétation libérale de cet écart, incarnée notamment par Walt Rostow (Les étapes de la croissance économique, 1960), considère qu'il s'agit d'un simple retard, chaque pays étant appelé A  suivre une suite d'étapes de la croissance relativement similaires.
A€ l'opposé de cette démarche, une - économie du développement - se constitue alors comme une branche autonome de l'analyse économique23, en soulignant que les pays pauvres ne peuvent pas simplement reproduire la trajectoire des vieux pays industriels depuis le xvuie siècle. Leur environnement technologique, démographique, culturel, institutionnel est en effet radicalement différent de celui qui a engendré les révolutions industrielles au nord. A€ défaut de stratégies spécifiques pilotées par les états, les pays du Sud peuvent rester piégés dans la pauvreté et le non-développement. Mais cette opposition entre la thèse d'un simple retard et celle d'un blocage du développement masque A  peine un mASme culte de la croissance industrielle comme priorité politique.
Les premiers débats de l'économie du développement portent sur le poids relatif de l'état et du marché, sur les vertus ées d'une attaque frontale dans un ste ensemble de secteurs (R. Rosenstein-Rodan, 1943; R. Nurkse, 1961) et d'une politique ciblée sur quelques industries clefs susceptibles d'effets d'entrainement (A.O. Hirschman, 1958 et G. Destanne de Bernis, 1966), sur la priorité A  l'essor et A  la diversification des exportations ou A  la substitution de produits nationaux aux importations, sur l'éventuelle domination du Sud par le Nord, etc. Mais le but opérationnel universel est bien celui d'une croissance industrielle qui en vient A  se confondre avec l'objectif du développement.
Cette religion de la croissance industrielle inspire aussi la ification dans les pays communistes. L'utopie marxiste est d'ailleurs fondée sur l'idée que le progrès technique et la mobilisation du prolétariat - rendue plus efficace par l'abolition de l'aliénation du trail et de la lutte des classes -engendreront l'abondance des productions matérielles autorisant une société égalitaire où chacun agit selon ses capacités et reA§oit selon ses besoins24. Les pays communistes poussent le culte du producti-visme jusqu'A  ne prendre en compte que les biens matériels dans l'éluation comple du produit national.





Privacy - Conditions d'utilisation

Copyright © 2011- 2020 : IPeut.com - Tous droits réservés.
Toute reproduction partielle ou complète des documents publiés sur ce site est interdite. Contacter

Au sujet des economie générale

Les services, de quoi s agit-il?
Qualifier et optimiser l offre de services
Organiser la production du service
Moyens et financements pour monter une activité de services
Bien cerner et gérer l aspect humain
Communiquer de façon pertinente
Les regles de l art et l art de se développer
Courants et théories
Marché, économie et société
Nature et destin du capitalisme
Croissance et développement
Emploi
Les mondes de la finance
Commerce international et globalisation
L erreur est rationnelle
Il n est de richesse que d hommes
La croissance n est pas le développement
La loi des rendements croissants
La loi de l avantage politique comparé
Laisser faire ou laisser passer : il faut choisir
La loi du gateau : plus on le partage, plus il y en a
Le salaire n est pas l ennemi de l emploi
Un bon déficit vaut mieux qu un mauvais excédent
Il suffirait d y croire
RÉactions contre la pensÉe classique anglaise
La gÉnÉralisation de la thÉorie gÉnÉrale
L apport des disciplines voisines
La coexistence des idÉologies
Comment distinguer un capital-investisseur d un autre
Le capital-investissement, pour quels entrepreneurs ?
Les due diligence et les personnes qui les conduisent
D où proviennent les fonds des capital-investisseurs ?
L organisation d une équipe de capital-investissement
Les instruments d une prise de participation