IPeut - écrits et documents
ManagementMarketingEconomieDroit
ss
Accueil # Contacter IPEUT




comment distinguer un capital-investisseur d un autre icon

ECONOMIE

L’économie, ou l’activité économique (du grec ancien οἰκονομία / oikonomía : « administration d'un foyer », créé à partir de οἶκος / oîkos : « maison », dans le sens de patrimoine et νόμος / nómos : « loi, coutume ») est l'activité humaine qui consiste en la production, la distribution, l'échange et la consommation de biens et de services. L'économie au sens moderne du terme commence à s'imposer à partir des mercantilistes et développe à partir d'Adam Smith un important corpus analytique qui est généralement scindé en deux grandes branches : la microéconomie ou étude des comportements individuels et la macroéconomie qui émerge dans l'entre-deux-guerres. De nos jours l'économie applique ce corpus à l'analyse et à la gestion de nombreuses organisations humaines (puissance publique, entreprises privées, coopératives etc.) et de certains domaines : international, finance, développement des pays, environnement, marché du travail, culture, agriculture, etc.


NAVIGATION RAPIDE : » Index » ECONOMIE » ECONOMIE GéNéRALE » Comment distinguer un capital-investisseur d un autre


Capital de proximité, public et parapublic

Capital de proximité, public et parapublic : comment distinguer un capital-investisseur d un autre



Capital de proximité, public et parapublic
Quand un projet de création, de développement ou de reprise d'entreprise a mûri, parfois plusieurs années, l'entrepreneur se trouve confronté à la question essentielle : avec quel argent -t-il financer ce projet ? L'entrepreneur est bien sûr le premier à mobiliser son argent, puis il aura à cœur de mobiliser son épargne personnelle, celle de sa famille et de ses amis, et de rencontrer son banquier pour solliciter un prêt personnel. Au-delà de cette sphère de proches, et si le projet le nécessite, il s'adresser à d'autres investisseurs en fonds propres.



Capital de proximité
Les dix dernières années ont vu se développer quelques initiatives importantes pour le développement du financement des projets à leur début.


A» Love Money pour l'emploi

Reprenant le terme de love money utilisé aux États-Unis pour caractériser l'argent apporté à un projet par les collègues, amis ou voisins de l'entrepreneur, Love Money pour l'emploi est un réseau fédérant des associations locales qui ont pour objet de rapprocher des entrepreneurs en mal de capitaux et des individus disposant de moyens pour les aider. Créée en 1977 par Jean et Didier Salwa, l'association compte aujourd'hui 650 adhérents et 19 relais régionaux, a financé 6 projets représentant 1,1 M€ de capitaux souscrits et 0,8 M€ de capitaux à venir. Contact
Fédération des associations Love Money pour l'emploi 10, rue Monryon 75009 Paris Tél. : 01 48 00 03 35 ; Fax : 01 48 24 10 89 Site Internet : www.love-money.org E-mail : www.federation@love-money.org

B» Les Cigales (Club d'investisseurs pour une gestion alternative locale de l'épargne)
Ce sont des groupements de particuliers souhaitant agir et investir ensemble en faveur du financement de la création d'entreprises locales. Les membres des Cigales épargnent ainsi tous les mois des sommes pount aller de 7,5 à 460 euros. Ces fonds sont ensuite investis dans des projets de création ou de développement d'entreprises, étant précisé que l'épargne investie ne peut dépasser la minorité de blocage d'une société. Les Cigales sont des indivisions créées pour une durée de cinq ans (renouvelable une fois), chaque Cigale regroupant de 5 à 20 personnes physiques. La moyenne des interventions se situe autour de 3 000 euros, sachant que plusieurs Cigales peuvent se grouper pour investir de plus gros montants.
Le réseau représente 110 Cigales réparties sur toute la France et compte
environ 1 500 membres actifs. L'investissement cumulé représente
environ 2 millions d'euros depuis la création de la première Cigale.
Contact


Site Internet : www.cigale.org



C» Les sociétés de capital-risque de proximité

Ces sociétés ont pour objectif de maintenir le tissu industriel et


l'emploi de leur région.

Le meilleur exemple est la société de capital-risque corse, Femu Qui
(« Faisons ici »), qui a pu lever 3,5 millions d'euros dont 1,3 million
auprès de 1 300 actionnaires dont 1 146 personnes physiques. Depuis
sa création en 1992, Femu Qui a investi dans 11 entreprises corses.
Contact
FEMU QUI
11, boulerd Paoli, 20200 BASTIA


Tél. : 04 95 31 15 59

Site Internet : www.femuqui.com
On peut citer dans cette catégorie Herrikoa pour le pays Basque, doté
d'un capital de 1,65 million d'euros souscrit par 3 300 actionnaires, et
qui a lancé une camne pour augmenter son capital. Aujourd'hui,
70 % du capital est entre les mains de 3 400 porteurs de parts.
Contact
HERRIKOA


3, rue du Pont-de-l'Aveugle, 64600 ANGLET

Tél. : 05 59 52 40 30
De son côté, Ile-de-France Développement, qui vise les entreprises
d'Ile-de-France recherchant moins de 300 000 euros, vient de clôturer
son cinquième exercice et a réalisé depuis sa création 89 opérations
pour un montant investi de 7,5 millions d'euros.
Contact
Ile-de-France Développement


3, parc des Érables

66, route de Sartrouville, 78232 Le Pecq Cedex Tél. : 01 30 15 64 00 E-mail : idfd@aol.com

D Le réseau UNICER
Le réseau UNICER (Union nationale des investisseurs en capital pour les entreprises régionales) regroupe 27 structures régionales qui interviennent principalement à l'occasion de projets de création d'entreprise. En consolidant leur activité, les capitaux gérés s'élèvent à 265 M€, avec plus de 1 105 participation en portefeuille et un ticket moyen de 117 K€. Contact www.unicer.asso.fr


Les interventions publiques et parapubliques

En mars 1999, le ministre chargé de la Recherche et de la Technologie a lancé son projet « Incubation et capital d'amorçage », comprenant d'une part le financement des incubateurs technologiques et, d'autre part, l'intervention dans des fonds de capital d'amorçage.

A» Incubateurs
L'Etat a estimé qu'il convenait d'accomner et de soutenir les porteurs de projet de création d'entreprises innontes en mettant en place des incubateurs d'entreprises technologiques ou innontes, adossés aux organismes de recherche et aux élissements d'enseignement supérieur. L'État a prévu que son aide pourrait financer jusqu'à 50 % des dépenses de l'incubateur.
Au 25 juillet 2001, 31 incubateurs aient été sélectionnés, dont 30 formellement constitués, et aient permis la création de 97 entreprises. Contact
Site Internet : www.recherche.gouv.fr./technologie/mesur/incub/ listincub.htm


B Fonds d'amorçage

D'autre part, l'État a estimé que le capital d'amorçage était peu présent, compte tenu de l'absence d'une population de Business Angels suffisante. Il a donc décidé d'encourager les élissements de recherche et d'enseignement supérieur à créer des fonds d'amorçage et de mettre à leur disposition un montant global de 15 M€ sous la forme d'ances, remboursables au bout de 12 ans maximum. Deux fonds nationaux et thématiques ont ainsi été mis en place : -l'Source porté par 1TNRIA ;


- Fonds Enertec porté par le CEA.

Trois fonds nationaux ont été créés dans le cadre de l'appel à projets :


- Fonds Bio Amorçage ;

- Fonds Multimédia « C Source » ;


- Fonds Télécoms « T Source ».

Enfin, cinq fonds régionaux ont vu le jour :
- Midi-Pyrénées/ Auvergne/ Rhône-Alpes/ Nord-Pas-de-Calais et Franche-Comté.

L'ANVAR
L'Agence française de l'innotion est un élissement public à caractère industriel et commercial placé sous la tutelle des ministères chargés de l'Industrie, des PME et de la Recherche. Créée en 1967, l'Agence française de l'innotion (anciennement Agence nationale pour la lorisation de la recherche, d'où les initiales ANVAR) apporte un soutien financier aux projets ou aux jeunes entreprises innontes, c'est-à-dire présentant soit une innotion technologique, soit une innotion de service lié aux nouvelles technologies de l'information et de la communication (NTIC). À travers différents types d'aides, le créateur peut bénéficier d'un soutien financier, sous forme de subvention ou d'ance remboursable, soit pour réaliser des études préalables (ant même l'existence juridique de son entreprise), soit pour développer un produit ou un service innont, en intégrant les charges liées au recrutement de personnel qualifié. Disposant d'un budget annuel de près de 1 milliard et demi pour financer les aides publiques à l'innotion, l'Agence compte aujourd'hui 23 délégations régionales et plus de 500 agents sur le terrain.
Indépendamment de son engagement traditionnel (le financement d'accomnement de projets d'innotion) qui constitue un « label » permettant souvent aux PME de trouver plus facilement les soutiens financiers de leur projet, l'ANVAR joue un rôle significatif dans le capital-risque. Tout d'abord, depuis 1997, elle a été désignée par décret comme l'organisme habilité à décerner la qualification d'« entreprise innonte » aux PME désireuses de trouver des fonds propres dans le cadre d'un FCPI (Fonds commun de placement pour l'innotion). Depuis 2000, les services innonts dans les NTIC sont éligibles au label « entreprise innonte », réservé auparant aux innotions proprement scientifiques ou technologiques. Ensuite l'ANVAR, pour se déployer dans le secteur des NTIC, a mis en place une série de partenariats avec 31 sociétés de capital-risque régionales ou nationales qui forment un réseau d'acteurs capables de financer les entreprises sélectionnées. Enfin, depuis 2000, l'Agence propose un nouveau financement sous forme de BSA (bons de souscription
d'actions) aux entreprises innontes à la place de la traditionnelle aide


sous la forme d'ances remboursables.

Contact


Site Internet : www.anr.fr






Privacy - Conditions d'utilisation




Copyright © 2011- 2021 : IPeut.com - Tous droits réservés.
Toute reproduction partielle ou complète des documents publiés sur ce site est interdite. Contacter

Au sujet des economie générale

Les services, de quoi s agit-il?
Qualifier et optimiser l offre de services
Organiser la production du service
Moyens et financements pour monter une activité de services
Bien cerner et gérer l aspect humain
Communiquer de façon pertinente
Les regles de l art et l art de se développer
Courants et théories
Marché, économie et société
Nature et destin du capitalisme
Croissance et développement
Emploi
Les mondes de la finance
Commerce international et globalisation
L erreur est rationnelle
Il n est de richesse que d hommes
La croissance n est pas le développement
La loi des rendements croissants
La loi de l avantage politique comparé
Laisser faire ou laisser passer : il faut choisir
La loi du gateau : plus on le partage, plus il y en a
Le salaire n est pas l ennemi de l emploi
Un bon déficit vaut mieux qu un mauvais excédent
Il suffirait d y croire
RÉactions contre la pensÉe classique anglaise
La gÉnÉralisation de la thÉorie gÉnÉrale
L apport des disciplines voisines
La coexistence des idÉologies
Comment distinguer un capital-investisseur d un autre
Le capital-investissement, pour quels entrepreneurs ?
Les due diligence et les personnes qui les conduisent
D où proviennent les fonds des capital-investisseurs ?
L organisation d une équipe de capital-investissement
Les instruments d une prise de participation