IPeut - écrits et documents
ManagementMarketingEconomieDroit
ss
Accueil # Contacter IPEUT




les différents environnements de l évaluation d entreprise icon

MANAGEMENT

Le management ou la gestion est au premier chef : l'ensemble des techniques d'organisation des ressources mises en œuvre dans le cadre de l'administration d'une entité, dont l'art de diriger des hommes, afin d'obtenir une performance satisfaisante. Dans un souci d'optimisation, le périmètre de référence s'est constamment élargi. La problématique du management s'efforce - dans un souci d'optimisation et d'harmonisation- d'intègrer l'impact de dimensions nouvelles sur les prises de décision de gestion.


NAVIGATION RAPIDE : » Index » MANAGEMENT » ENTERPRISE MANAGEMENT » Les différents environnements de l évaluation d entreprise


Pourquoi évaluer une entreprise ?

Pourquoi évaluer une entreprise ? : les différents environnements de l évaluation d entreprise



Pourquoi évaluer une entreprise ?
Les cas où il est nécessaire de procéder A  une évaluation d'entreprise sont très nombreux, comme indiqué au début de cette introduction. La spécificité de chaque situation entraine des points de vue sur les méthodes A  utiliser parfois différents.




On évoquera ci-après les principaux cas d'évaluation.



a–  Réaliser un instissement

a) A  caractère industriel
Il s'agit lA  du cas le plus classique d'acquisition et d'évaluation d'entreprise.
Un instisseur procède A  un instissement de longue durée dans une entreprise dont il achète la majorité ou un pourcentage du capital tout A  fait significatif. La proportion de titres acquis lui permettra d'internir plus ou moins librement dans la gestion de la société, objet de la transaction.
Dans ce contexte, un tel instissement justifie des méthodes d'évaluation approfondies. L'ampleur des travaux est fonction de la dimension de la transaction (importance de la firme et du pourcentage de titres A  acquérir).
b) A  caractère financier
Un instissement A  caractère financier se distingue en général du cas précédent par le niau plus restreint de la part acquise. L'acquéreur cherche A  obtenir un rendement ou une plus-value sur la portion d'entreprise achetée. Il ne vise donc pas en principe, une immobilisation A  long terme de son - placement -.
Un instissement financier peut AStre la simple acquisition d'actions en Bourse par un particulier ou un institutionnel. Ce peut AStre aussi un faible pourcentage acquis en direct, hors marché financier. Naturellement, ce dernier procédé est toujours utilisé dans le cas d'une entreprise non cotée.
En tout état de cause, un tel instissement, très minoritaire, nécessite des moyens d'évaluation moins déloppés que dans le cas précédent.


a–  Désinoestir

Le désinstissement relè de la mASme problématique que ci-dessus en matière d'évaluation mais vue sous l'angle du ndeur ou du cédant.
Au-delA  des cessions sans caractéristiques particulières, le ndeur peut se trour dans des situations spéciales, dont on citera les principales :
- céder une petite entreprise A  un groupe important,


- céder une entreprise en difficulté.

Dans ce dernier cas, le ndeur est bien sount obligé d'accepter l'évaluation de l'acquéreur A  moins qu'il ne puisse susciter une surenchère entre plusieurs candidats A  la reprise.
Plus généralement, les logiques d'évaluation dépendent sount de la situation des acheteurs par rapport aux ndeurs. Ainsi l'évaluation ne prendra pas la mASme importance selon qu'il y a un ndeur et plusieurs acheteurs ou, dans le cas extrASme inrse, un acheteur ayant le choix face A  de nombreux ndeurs plus ou moins en concurrence (c'est le cas des secteurs en restructuration dans lequels les petits entrepreneurs souhaitent s'adosser A  un groupe plus important, au mASme moment).
Toutefois, si le résultat de l'évaluation peut différer d'une situation A  l'autre, la mé-thodc reste peu ou prou similaire. Seul le rapport de forces entre les négociateurs influencera le chiffrage de cette évaluation.

a–  évaluer une entreprise dans le cas d'une succession
Dans une telle situation, il y a un changement de propriétaire familial mais pas de cession (celle-ci peut internir ensuite rs un tiers). L'évaluation est faite pour le calcul des droits de succession. Dans ce schéma, l'évaluation est en grande partie régie par les méthodes de l'Administration.

a–  Déterminer un cours d'introduction d'une société en Bourse
L'évaluation réalisée dans ce cas de ure est bien entendu fortement influencée par les méthodes de calcul plus spécialement retenues en Bourse et par le souci des dirigeants de réussir l'introduction au regard des conditions du marché financier A  ce moment-lA .

a–  Calculer les parités d'échange en cas de fusion de deux sociétés
Les calculs de parité sont en général très délicats. En effet, il ne s'agit plus d'évaluer une seule entreprise mais deux firmes, ac en plus, une vue perspecti de l'une par rapport A  l'autre.
L'évaluation peut prendre aussi une tournure particulière lorsque la fusion s'effectue entre deux sociétés détenues en totalité par un mASme dirigeant. Ce seront parfois plus des considérations comples et fiscales que des soucis financiers et économiques qui seront prises en compte. Ce cas de ure se rencontre sount au sein de groupes de petite taille, qui se restructurent au juridique pour simplifier leur présentation vis-A -vis des tiers.
Au niau des groupes importants, le point de vue peut AStre différent. Les fusionsInitiées par une maison-mère ont le plus sount pour objet de permettre des éco-
omies résultant du regroupement de certains services.
Un mode d'évaluation de performance des dirigeants consiste A  mesurer périodiquement la valeur de l'entreprise dont ils assurent la gestion pour constater les variations de cette valeur. Si l'évolution est positi, la gestion est satisfaisante. La situation inrse indique une tendance négati.





Privacy - Conditions d'utilisation




Copyright © 2011- 2022 : IPeut.com - Tous droits réservés.
Toute reproduction partielle ou complète des documents publiés sur ce site est interdite. Contacter

Au sujet des enterprise management

DÉfinitions de la pme/pmi
Capitalismes et pme
Buts et profils des dirigeants
L entreprise artisanale
L entreprise de service
L analyse stratÉgique de la pme
L avantage concurrentiel
Les risques en pme
L assistance a la pme
La gestion des ressources humaines
La gestion commerciale
La gestion financiÈre
L organisation des pme
L organisation en rÉseau
La naissance de l entreprise
La phase de dÉmarrage
Le «maternage»: pme et dÉveloppement local
La croissance des pme
L innovation en pme
L internationalisation
L entreprise numÉrique
Les différents environnements de l évaluation d entreprise
Paramètres des méthodes d évaluation
Retraitement économique comparé des comptes
Évaluer par la valeur patrimoniale
Le passage du rubicon
La recherche de l idée
Le plan de développement
Le financement
Les questions juridiques
Les démarches juridiques et administratives
Secteur public
Secteur professionnel
Les spécificités de la reprise d une entreprise
La naissance de reprise d une entreprise
La recherche des entreprises conformes au profil souhaité
Diagnostics internes et externes des entreprises cibles
L évaluation, les modalités juridiques et la recherche de financements
Le plan de reprise et la negociation
L application du plan de reprise
L entree en scene de la classe ouvriÈre
Les metamorphoses du patronat
Le siÈcle des organisateurs
Les sociologues face À taylor
L entreprise en actions
La forme franÇaise de l entreprise
Les rÉsurgences : artisanat et rÉseaux
Les tendances : l entreprise institution