IPeut - écrits et documents
ManagementMarketingEconomieDroit
ss
Accueil # Contacter IPEUT




marché, économie et société icon

ECONOMIE

L’économie, ou l’activité économique (du grec ancien οἰκονομία / oikonomía : « administration d'un foyer », créé à partir de οἶκος / oîkos : « maison », dans le sens de patrimoine et νόμος / nómos : « loi, coutume ») est l'activité humaine qui consiste en la production, la distribution, l'échange et la consommation de biens et de services. L'économie au sens moderne du terme commence à s'imposer à partir des mercantilistes et développe à partir d'Adam Smith un important corpus analytique qui est généralement scindé en deux grandes branches : la microéconomie ou étude des comportements individuels et la macroéconomie qui émerge dans l'entre-deux-guerres. De nos jours l'économie applique ce corpus à l'analyse et à la gestion de nombreuses organisations humaines (puissance publique, entreprises privées, coopératives etc.) et de certains domaines : international, finance, développement des pays, environnement, marché du travail, culture, agriculture, etc.


NAVIGATION RAPIDE : » Index » ECONOMIE » ECONOMIE GéNéRALE » Marché, économie et société

Le modèle canonique du marché

Le modèle canonique du marché : marché, économie et société


Le modèle canonique du marché
Le modèle de référence du marché qu'utilisent les théoriciens de la microéconomie s'est construit en trois temps.



Adam Smith et la main insible
La première formulation date de deux siècles. Elle est due A  Adam Smith (1723-l790). Selon l'auteur de La Richesse des nations, le marché est d'abord synonyme d'échange. Le cordonnier a intérASt A  acheter son pain au boulanger et ce dernier A  lui acheter ses chaussures. De la dision du travail, il résulte une plus grande efficacité d'ensemble et chacun a intérASt A  y recourir. Pour A. Smith, offre et demande d'un bien s'équilibrent spontanément par le fait qu'une offre excédentaire est rapidement supprimée, puisqu'elle ne trouve pas de client. La loi du marché fonctionne donc comme une - main insible-, qui décide au mieux de la production et répartition des richesses en fonction de la préférence des acheteurs. Tel est le credo libéral. Cette sion du marché proposée par A. Smith reste cependant très intuitive. Elle ne procède ni d'une démonstration scientifique, ni d'une observation de l'économie anglaise de l'époque. A. Smith pense d'abord en philosophe "devenu économiste par nécessité philosophique - (1).


Léon Walras et l'économie - pure -

Un siècle plus tard. Léon Walras (1843-l910) tentera de donner une formulation mathématique au modèle du marché. Le projet de cet ingénieur est de - prouver scientifiquement - que le mécanisme des prix conduit A  un -équilibregénéral'. Pour parvenir A  ses fins, L. Walras raisonne dans le cadre d'une -économie pure-, qu'il distingue de '-économie appliquée-et de V -économie normative -. L'économie -pure- autorise la construction d'un modèle abstrait, utile pour raisonner rigoureusement sur les relations entre variables (prix, offre, demande). L. Walras invente donc un modèle du marché très simplifié, dit -pur et parfait-. Ce marché pur correspond, dans l'esprit de L. Walras, A  la Bourse ou A  une foire aux bestiaux traditionnelle. Il est censé mettre en présence une pluralité d'offreurs et de demandeurs d'un bien. Chacun d'entre eux cherche A  -maximiser son utilité' : le vendeur veut obtenir le meilleur prix, l'acheteur veut satisfaire ses besoins au moindre coût. Le prix est le mécanisme régulateur qui conduit un - équilibre général - entre offre et demande. Si la demande est plus forte que l'offre, les prix vont monter, si elle est plus faible, les prix vont baisser. La fixation des prix par la loi du marché est donc, selon L. Walras, le meilleur régulateur des attentes respectives des offreurs et demandeurs : - On voit clairement A  présent ce qu'est le mécanisme de la concurrence sur le marché; c'est la solution pratique, par hausse et baisse des prix, du problème de l'échange dont nous avons fourni la solution théorique et mathématique. - (2).

Le modèle Arrow-Debreu, ou l'orthodoxie néoclassique
La troisième étape de la construction du modèle - canonique - du marché date des années 30. Elle correspond A  une reprise et A  une sophistication du modèle de L. Walras. Elle a été réalisée notamment par Kenneth Arrow et Gérard Debreu (tous deux Prix Nobel d'économie). Aujourd'hui, le modèle -Arrow-Debreu- représente le modèle de référence de la microéconomie. Littéraires s'abstenir! Le modèle se présente comme un système d'équations mathématiques dont la rigueur n'a d'égale que l'irréalité. Edmond Malinvaud, l'un des meilleurs représentants en France de cette école de pensée néoclassique, le reconnait : -Pris au pied de la lettre, le modèle est fort restrictif par rapport A  une réalité beaucoup plus complexe. Sa puissance proent bien de ce qu'il retient quelques traits cruciaux de cette réalité ; mais on ne peut pas s'en tenir toujours A  lui. - (3)





Privacy - Conditions d'utilisation




Copyright © 2011- 2023 : IPeut.com - Tous droits réservés.
Toute reproduction partielle ou complète des documents publiés sur ce site est interdite. Contacter

Au sujet des economie générale

Les services, de quoi s agit-il?
Qualifier et optimiser l offre de services
Organiser la production du service
Moyens et financements pour monter une activité de services
Bien cerner et gérer l aspect humain
Communiquer de façon pertinente
Les regles de l art et l art de se développer
Courants et théories
Marché, économie et société
Nature et destin du capitalisme
Croissance et développement
Emploi
Les mondes de la finance
Commerce international et globalisation
L erreur est rationnelle
Il n est de richesse que d hommes
La croissance n est pas le développement
La loi des rendements croissants
La loi de l avantage politique comparé
Laisser faire ou laisser passer : il faut choisir
La loi du gateau : plus on le partage, plus il y en a
Le salaire n est pas l ennemi de l emploi
Un bon déficit vaut mieux qu un mauvais excédent
Il suffirait d y croire
RÉactions contre la pensÉe classique anglaise
La gÉnÉralisation de la thÉorie gÉnÉrale
L apport des disciplines voisines
La coexistence des idÉologies
Comment distinguer un capital-investisseur d un autre
Le capital-investissement, pour quels entrepreneurs ?
Les due diligence et les personnes qui les conduisent
D où proviennent les fonds des capital-investisseurs ?
L organisation d une équipe de capital-investissement
Les instruments d une prise de participation