IPeut - écrits et documents
ManagementMarketingEconomieDroit
ss
Accueil # Contacter IPEUT




un bon déficit vaut mieux qu un mauvais excédent icon

ECONOMIE

L’économie, ou l’activité économique (du grec ancien οἰκονομία / oikonomía : « administration d'un foyer », créé à partir de οἶκος / oîkos : « maison », dans le sens de patrimoine et νόμος / nómos : « loi, coutume ») est l'activité humaine qui consiste en la production, la distribution, l'échange et la consommation de biens et de services. L'économie au sens moderne du terme commence à s'imposer à partir des mercantilistes et développe à partir d'Adam Smith un important corpus analytique qui est généralement scindé en deux grandes branches : la microéconomie ou étude des comportements individuels et la macroéconomie qui émerge dans l'entre-deux-guerres. De nos jours l'économie applique ce corpus à l'analyse et à la gestion de nombreuses organisations humaines (puissance publique, entreprises privées, coopératives etc.) et de certains domaines : international, finance, développement des pays, environnement, marché du travail, culture, agriculture, etc.


NAVIGATION RAPIDE : » Index » ECONOMIE » ECONOMIE GéNéRALE » Un bon déficit vaut mieux qu un mauvais excédent


La raison d'astre du - pacte de stabilité

La raison d'astre du - pacte de stabilité : un bon déficit vaut mieux qu un mauvais excédent



Avant la mise en place d'une monnaie unique, les pays membres de l'Union ne pouvaient pas pratiquer n'importe quelle politique budgétaire, parce que toute divergence avec la croyance dominante des marchés financiers en la matière (en clair, tout creusement du déficit jugé excessif) pouvait déclencher une spéculation contre le taux de change du pays concerné. Celui-ci avait alors deux options : renoncer A  la silité du taux de change (soit en sortant du système monétaire européen, soit en procédant A  des dévaluations successives), ou bien rentrer dans le rang et réaligner sa politique budgétaire sur la norme. Un pays soucieux de préserver la silité du taux de change ne pouvait donc plus pratiquer une politique économique indépendante. La rapidité et l'ampleur potentielle des mouvements de capitaux spéculatifs étaient telles que la seule annonce d'une politique budgétaire jugée inappropriée par les marchés pouvait déclencher des sorties de capitaux suffisantes pour dissuader un gouvernement de la mettre en œuvre. Si bien que ce ne sont pas seulement certaines politiques qui se trouvaient interdites, mais aussi le simple fait d'en débattre ! C'est d'ailleurs en partie pour échapper A  ce diktat permanent des marchés que tant d'états ont si lontiers renoncé A  une souveraineté monétaire devenue illusoire.


En supprimant les taux de change intra-européens et en adoptant une monnaie unique, les membres de l'Union monétaire annihilaient l'essentiel du pouir de sanction des marchés. Mais, une fois libérés de la contrainte du taux de change, les gouvernements pouvaient en théorie pratiquer n'importe quel niveau de déficit public, emprunter massivement sur le marché financier et contribuer A  la hausse des taux d'intérASts A  long terme, éventuellement alimenter une inflation qui conduirait la Banque centrale européenne (BCE) A  relever les taux d'intérASts A  court terme, bref, déclencher des effets externes négatifs pour les autres pays de l'Union, au nom de préoccupations strictement nationales.
En union monétaire, on le comprend, on ne peut pas laisser A  chaque membre la liberté de faire ce que bon lui semble en matière de déficit public. On ne peut pas davantage s'attendre A  ce que les politiques budgétaires restent inactives dans des pays affectés par un choc économique défarable. Il faut donc s'entendre sur ce qui constitue une bonne réaction.





Privacy - Conditions d'utilisation




Copyright © 2011- 2021 : IPeut.com - Tous droits réservés.
Toute reproduction partielle ou complète des documents publiés sur ce site est interdite. Contacter

Au sujet des economie générale

Les services, de quoi s agit-il?
Qualifier et optimiser l offre de services
Organiser la production du service
Moyens et financements pour monter une activité de services
Bien cerner et gérer l aspect humain
Communiquer de façon pertinente
Les regles de l art et l art de se développer
Courants et théories
Marché, économie et société
Nature et destin du capitalisme
Croissance et développement
Emploi
Les mondes de la finance
Commerce international et globalisation
L erreur est rationnelle
Il n est de richesse que d hommes
La croissance n est pas le développement
La loi des rendements croissants
La loi de l avantage politique comparé
Laisser faire ou laisser passer : il faut choisir
La loi du gateau : plus on le partage, plus il y en a
Le salaire n est pas l ennemi de l emploi
Un bon déficit vaut mieux qu un mauvais excédent
Il suffirait d y croire
RÉactions contre la pensÉe classique anglaise
La gÉnÉralisation de la thÉorie gÉnÉrale
L apport des disciplines voisines
La coexistence des idÉologies
Comment distinguer un capital-investisseur d un autre
Le capital-investissement, pour quels entrepreneurs ?
Les due diligence et les personnes qui les conduisent
D où proviennent les fonds des capital-investisseurs ?
L organisation d une équipe de capital-investissement
Les instruments d une prise de participation