IPeut - écrits et documents
ManagementMarketingEconomieDroit
ss
Accueil # Contacter IPEUT




courants et théories icon

ECONOMIE

L’économie, ou l’activité économique (du grec ancien οἰκονομία / oikonomía : « administration d'un foyer », créé à partir de οἶκος / oîkos : « maison », dans le sens de patrimoine et νόμος / nómos : « loi, coutume ») est l'activité humaine qui consiste en la production, la distribution, l'échange et la consommation de biens et de services. L'économie au sens moderne du terme commence à s'imposer à partir des mercantilistes et développe à partir d'Adam Smith un important corpus analytique qui est généralement scindé en deux grandes branches : la microéconomie ou étude des comportements individuels et la macroéconomie qui émerge dans l'entre-deux-guerres. De nos jours l'économie applique ce corpus à l'analyse et à la gestion de nombreuses organisations humaines (puissance publique, entreprises privées, coopératives etc.) et de certains domaines : international, finance, développement des pays, environnement, marché du travail, culture, agriculture, etc.


NAVIGATION RAPIDE : » Index » ECONOMIE » ECONOMIE GéNéRALE » Courants et théories

L'histoire économique - a l'heure de la cliométrie

L'histoire économique - a l'heure de la cliométrie : courants et théories


L'histoire économique - a l'heure de la cliométrie
Sciences Humaines ; Où en est l'histoire économique actuellement?


Jean-Charles Asselain : Certains spécialistes de la discipline regrettent que l'histoire économique franA§aise ait perdu la position dominante qu'elle détenait du temps de Labrousse et de Braudel. En fait, les nombreuses recherches, notamment en histoire de l'entreprise, en histoire monétaire et financière internationale ou encore sur les crises et les mouments cycliques de longue durée, sont autant de preus de vitalité, de mASme que l'ourture des revues de théorie économique aux questions d'histoire et les efforts des économistes historiens pour affirmer leur existence - mASme si certains historiens le ressentent comme une OPA des économistes sur l'histoire. Subsiste un vrai problème : l'éclatement du champ de l'histoire économique. En France, son enseignement est fractionné entre les instituts d'histoire des facultés de lettres, les facultés de droit (pour l'histoire des institutions) et les facultés d'économie (pour l'histoire des faits économiques).

SH : Quelle influence a eu la naissance de la New Economie History pratiquée
aux Etats-Unis A  partir des années 50?
J.-C.A. : Les réactions initiales ont été franchement hostiles. Pour comprendre l'enjeu, il faut rappeler que le mode spontané d'expression de l'historien est le récit. L'historien raconte l'enchainement des faits historiques et, par lA  mASme, leur donne un sens. De ce point de vue, la naissance de l'école des Annales avait déjA  représenté un tournant majeur : l'histoire narration faisait place A  l'histoire problème. La solidarité entre faits sociaux, économiques et culturels constitue depuis le principe cardinal de l'approche historique : il n'y a plus d'histoire économique considérée isolément. C'est sur ce point précis que la New Economie History (la NHE, appelée aussi cliométrie), A  la fin des années 50, marque non plus un tournant, mais une rupture.
La NHE propose ni plus ni moins d'expliquer l'histoire économique scientifiquement A  partir de la théorie économique. Elle se fonde sur des hypothèses et des théories explicites pour construire des modèles exprimant les interdépendances entre les variables économiques dans un contexte donné. Ces modèles sont ensuite testés selon les critères de l'économétrie sur la base de données historiques. La méthode contrefactuelle représente l'aboutissement logique de cette démarche. Elle prétend reconstituer ce qu'aurait été l'évolution de l'économie si tel ou tel déloppement historique - la construction du chemin de fer aux Etats-Unis, par exemple - n'avait pas eu lieu. Une -histoire ac des si-, qui a tout pour choquer les historiens.

SH : Quelle a été l'influence de la NHE aux Etats-Unis? J.-C.A. : MASme aux Etats-Unis, les débuts de la NHE ont été difficiles. La NHE s'est plu d'emblée A  multiplier les provocations en partant d'hypothèses extrASmes, celles de concurrence pure et parfaite et de rationalité des -acteurs-. Les résultats, surtout, étaient provocants; ils prenaient systématiquement le contre-pied des thèses admises, en niant le rôle du chemin de fer dans la croissance américaine ou l'inefficacité de l'économie esclavagiste Comment s'étonner des réactions de défense aux Etats-Unis ? Mais il y a eu ensuite un apaisement pour dirses raisons. H est apparu d'abord que les résultats étaient impules non pas aux modèles eux-mASmes mais A  leur maniement imparfait. La méthode scientifique de la NHE ne conduisait jamais A  des conclusions définitis. On lui reconnaissait le mérite d'apporter des éclairages nouaux sur des points importants. Ce qui permettait de dire, il y a dix ans, que la révolution cliométrique était morte victime de son succès, que le clivage entre noulle et ancienne histoire économique avait vécu.
Aujourd'hui, il est impossible de faire aux Etats-Unis de l'histoire économique en ignorant la théorie et les approches quantitatis. En mASme temps, la NHE a beaucoup évolué. Un de ses principaux représentants, le Prix Nobel Douglas North, prend ses distances par rapport A  la modélisation économétrique, en centrant davantage son analyse sur les conditions institutionnelles de la mise en place de l'économie de marché. Ces débats autour de la NHE ne doint pas faire oublier ce que l'histoire a apporté A  la théorie économique. La théorie de la croissance endogène fondée sur l'importance du capital humain a été devancée par les historiens qui insistaient depuis longtemps sur le rôle du système éducatif. MASme chose pour le concept de path dépendance (dépendance enrs la trajectoire) : les historiens n'ont pas attendu la science économique contemporaine pour le placer au centre de leur analyse. C'est le principe mASme de l'approche historique.





Privacy - Conditions d'utilisation




Copyright © 2011- 2023 : IPeut.com - Tous droits réservés.
Toute reproduction partielle ou complète des documents publiés sur ce site est interdite. Contacter

Au sujet des economie générale

Les services, de quoi s agit-il?
Qualifier et optimiser l offre de services
Organiser la production du service
Moyens et financements pour monter une activité de services
Bien cerner et gérer l aspect humain
Communiquer de façon pertinente
Les regles de l art et l art de se développer
Courants et théories
Marché, économie et société
Nature et destin du capitalisme
Croissance et développement
Emploi
Les mondes de la finance
Commerce international et globalisation
L erreur est rationnelle
Il n est de richesse que d hommes
La croissance n est pas le développement
La loi des rendements croissants
La loi de l avantage politique comparé
Laisser faire ou laisser passer : il faut choisir
La loi du gateau : plus on le partage, plus il y en a
Le salaire n est pas l ennemi de l emploi
Un bon déficit vaut mieux qu un mauvais excédent
Il suffirait d y croire
RÉactions contre la pensÉe classique anglaise
La gÉnÉralisation de la thÉorie gÉnÉrale
L apport des disciplines voisines
La coexistence des idÉologies
Comment distinguer un capital-investisseur d un autre
Le capital-investissement, pour quels entrepreneurs ?
Les due diligence et les personnes qui les conduisent
D où proviennent les fonds des capital-investisseurs ?
L organisation d une équipe de capital-investissement
Les instruments d une prise de participation