IPeut - écrits et documents
ManagementMarketingEconomieDroit
ss
Accueil # Contacter IPEUT




les rÉsurgences : artisanat et rÉseaux icon

MANAGEMENT

Le management ou la gestion est au premier chef : l'ensemble des techniques d'organisation des ressources mises en œuvre dans le cadre de l'administration d'une entité, dont l'art de diriger des hommes, afin d'obtenir une performance satisfaisante. Dans un souci d'optimisation, le périmètre de référence s'est constamment élargi. La problématique du management s'efforce - dans un souci d'optimisation et d'harmonisation- d'intègrer l'impact de dimensions nouvelles sur les prises de décision de gestion.


NAVIGATION RAPIDE : » Index » MANAGEMENT » ENTERPRISE MANAGEMENT » Les rÉsurgences : artisanat et rÉseaux

L'actualité de la forme domestique dans l'industrie



Comment caractériser A  cet égard la situation contemporaine dans un pays comme la France? Indisculement, la confirmation de la puissance des grandes entreprises a donné une très grande force A  la forme de coordination industrielle. Nous vivons dans une société où un vérile -droit de police- est concédé aux grandes entreprises, mASme si ce droit n'est qu'un droit défait qui s'arrASte en principe lA  où commence le contrôle de la puissance publique. Le pouvoir de régulation de la grande firme est loin de ne concerner que sa main-d'œuvre : il s'exerce aussi sur la clientèle (par le biais des gammes de produits mis sur le marché et celui des prix pratiqués). Il atteint encore (et surtout?) le tissu des petites et moyennes entreprises, obligées de s'aligner sur les règles fixées par les grandes quand elles ne se trount pas mises en situation directe de dépendance.


Le cas de la grande distribution commerciale en fournit une remarquable illustration. Les sociétés qui maitrisent les réseaux d'hypermarchés sont typiquement dans la situation d'entreprises pour lesquelles -les problèmes d'organisation dominent les problèmes de marché-. Elles tendent A  structurer autour d'elles l'ensemble du système de distribution (soit non seulement un système marchand mais aussi un certain mode de vie); elles décident du sort de leurs fournisseurs en fixant les conditions d'accès A  leurs rayons (prix, normes des produits, normes de conditionnement, de quantités, de délais d'approvisionnement, etc.). Elles produisent de noulles règles de relations professionnelles (voir par exemple les innovations relatis au temps partiel ou au travail du dimanche) A la fois preu et limite de ce pouvoir de régulation : la guerre que se livrent les grandes sociétés entre elles, et la situation de guérilla que certaines d'entre elles entretiennent ac la puissance publique. Pour l'essentiel, l'enjeu de ces affrontements est le contrôle des règles et celui du droit A  mettre en œuvre des règles noulles : on rivalise d'ingéniosité dans le contournement des dispositions qui régissent l'imtation des grandes surfaces; on lance les - produits génériques - ; on livre bataille pour de noulles licences de nte (sur les produits pétroliers ou pharmaceutiques); on expérimente autour du travail dominical ou nocturne, en se pliant au besoin A  des procédures de négociation.
Malgré la puissance toujours plus grande de l'effet de structuration créé autour des grandes entreprises, il serait cependant erroné de réduire les évolutions en cours A  la prolongation indéfinie de cette courbe ascendante. Tout aussi remarquable est en effet la vitalité ac laquelle se maintiennent les autres formes de coordination. A ce sujet, une première observation démontre que dans toutes les économies déloppées, un espace existe pour des entreprises qui continuent A  pratiquer l'échange économique en s'appuyant sur des logiques de type domestique ou marchand. L'évidence est mASme que les grandes firmes considèrent le maintien de ces poches étrangères A  la coordination industrielle comme une condition de leur propre déloppement. Une deuxième remarque concernera la situation des grandes firmes industrielles en elles-mASmes : conformément A  ce qui ressortait naguère de l'amalgame fordien, aucune d'elles n'échappe totalement A  la nécessité de composer ac les logiques alternatis. Pour le sociologue, le phénomène le plus fascinant est le suivant : les entreprises apparemment totalement immergées dans la logique industrielle continuent en fait A  payer un lourd tribut A  la forme la plus traditionnelle de la coordination, la coordination domestique.
Les économistes de la théorie des conntions ont observé qu'il existait aujourd'hui encore des entreprises florissantes qui se rapprochent soit de l'idéal-type de la coordination marchande, soit de l'idéal-type de la coordination domestique. Le premier cas est celui d'un grand nombre de petites entreprises dont le succès se mesure A  leur capacité A  -suivre la demande- dans ce qu'elle peut avoir de plus fugace, et A  s'adapter A  elle au moindre coût et le plus rapidement possible. Parmi elles se trount des entreprises explicitement spécialisés dans les produits ou services éphémères (il existe une industrie du -gadget-); d'autres jouent la sectiune de l'innovation sur des marchés étroits et aléatoires, A  la merci d'un retournement des goûts, des besoins ou de la structure du marché (cas de firmes qui commercialisent un produit breté de grande consommation, ou celui des sociétés de services informatiques). Pour que ces entreprises puissent vivre et prospérer, il faut bien qu'il y ait une -conntion- qui lie entre eux tous les agents qui participent A  leur déloppement, depuis les salariés de base jusqu'aux fournisseurs, en passant par les collaborateurs appointés, les rendeurs, etc. Cette conntion suppose notamment un certain partage des risques, la mise en illeuse des -droits acquis- au profit d'un -devoir de mobilité-, la reconnaissance de la primauté de certaines fonctions sur d'autres : le bureau d'étude, la fonction commerciale et les dépenses de marketing passent devant la production et les instissements matériels.
D'autres entreprises se rapprochent de l'idéal-type de la coordination domestique. Ce sont des entreprises petites ou moyennes, identifiées A  un produit sle et de qualité, auquel est attachée une clientèle elle-mASme fidèle. Alors que les entreprises -industrielles- misent sur la standardisation et les entreprises'-marchandes- sur les effets de mode, les entreprises qui vint sur le mode'domestique misent sur la différence, sur le label ou la marque. En France la boulangerie artisanale participe (ou a participé?) de ce modèle. Plus généralement, un important sous-ensemble de la production agro-alimentaire reste attaché A  la défense d'un label et au maintien en l'état d'une renommée fondée sur des normes de production ancestrales : une étude célèbre a montré que c'était le cas de l'industrie du camembert (Boisard & Lelier, in Eymard-Du-rnay & alii, 1987). On pourrait y ajouter une partie du commerce et des services dits -de proximité-, mais aussi toute activité où la promotion de la marque est déterminante (la parfumerie, l'habillement, le segment -haut de gamme- de la construction automobile). LA , la conntion A  l'œuvre rassemble les agents autour d'autres principes particuliers : la défense de la qualité du produit (ou de l'image de sa qualité), l'entretien des réseaux de distribution, l'attention portée A  la qualification du personnel de production et de nte.
On vérifie sans peine qu'une des particularités du modèle domestique réside dans l'attrait paradoxal qu'il continue d'exercer auprès d'un grand nombre d'agents économiques, A  commencer par les entreprises qui semblent a priori en AStre le plus éloignées, A  savoir les grandes entreprises dominées par le critère de la standardisation et par le modèle de la coordination -industrielle-. De prime abord, ce phénomène s'apparente A  une curiosité amusante : les hypermarchés reconstituent dans leurs hangars des décors de crémerie ou de poissonnerie de chef-lieu de canton, et ils y affectent des employés-urants aussi crédibles que possible; les comnies aériennes internationales (qui ndent des services de transport identiques aux mASmes clients et sur le mASme type d'appareils) rivalisent d'arguments quadrichromiques sur les qualités d'hospitalité et de savoir-vivre qui s'attachent A  leur emblème national. Un groupe multinational du batiment fait savoir qu'il construit des -maisons de maA§ons-, et s'emploie en effet A  particulariser de quelque manière chacune de ses prestations Mais déjA , cela n'est pas insignifiant. Le seul fait que les stratégies publicitaires ne puissent se dégager d'une certaine imagerie domestique confirme que l'échange économique est irrémédiablement habité par la -logique du don- chère aux anthropologues : aucun contrat marchand ne s'éloigne impunément de la symbolique domestique de la confiance.
De plus et A  y bien regarder, on s'aperA§oit que ces résurgences de la forme domestique dans l'industrie ont une portée très générale. Les faits s'accumulent qui débordent A  l'évidence du cadre des -stratégies d'image-. A propos des rapports A  la clientèle et pour en finir ac le cas du boulanger, il est remarquable que la France ait conservé jusqu'A  la fin du xxc siècle son réseau de boulangeries artisanales, quand l'industrie avait fait depuis longtemps la preu qu'elle pouvait fournir des produits ables. Dans les relations entre employeurs et salariés, il se vérifie que la mobilisation des réflexes communautaires s'impose enrs et contre tout, depuis les manifestations de simple respect jusqu'aux rites d'initiation pratiqués par certaines sociétés en guise d'accueil des nouaux -comnons-. S'agissant du rapport des grandes firmes A  leur marché, on voit s'accroitre la part des instissements consentis pour qu'une relation locale puisse se nouer entre les partenaires des contrats : une très grande firme américaine du secteur informatique imte sa division mondiale de micro-ordinateurs dans une ville unirsitaire franA§aise de province, ac l'intention de -coller au terrain-. Dans toute l'Europe, les firmes japonaises s'engagent sur des voies ables.
A chaque fois, la preu est finalement administrée que le mode de coordination industrielle n'est jamais autosuffisant. Pour qu'il puisse vivre et se délopper, il lui faut se greffer sur des formes de coordination qui ont préexisté A  l'industrie, critère absolu de leur capacité A  prendre part A  la vie et au déloppement de la société elle-mASme.





Privacy - Conditions d'utilisation




Copyright © 2011- 2024 : IPeut.com - Tous droits réservés.
Toute reproduction partielle ou complète des documents publiés sur ce site est interdite. Contacter

Au sujet des enterprise management

DÉfinitions de la pme/pmi
Capitalismes et pme
Buts et profils des dirigeants
L entreprise artisanale
L entreprise de service
L analyse stratÉgique de la pme
L avantage concurrentiel
Les risques en pme
L assistance a la pme
La gestion des ressources humaines
La gestion commerciale
La gestion financiÈre
L organisation des pme
L organisation en rÉseau
La naissance de l entreprise
La phase de dÉmarrage
Le «maternage»: pme et dÉveloppement local
La croissance des pme
L innovation en pme
L internationalisation
L entreprise numÉrique
Les différents environnements de l évaluation d entreprise
Paramètres des méthodes d évaluation
Retraitement économique comparé des comptes
Évaluer par la valeur patrimoniale
Le passage du rubicon
La recherche de l idée
Le plan de développement
Le financement
Les questions juridiques
Les démarches juridiques et administratives
Secteur public
Secteur professionnel
Les spécificités de la reprise d une entreprise
La naissance de reprise d une entreprise
La recherche des entreprises conformes au profil souhaité
Diagnostics internes et externes des entreprises cibles
L évaluation, les modalités juridiques et la recherche de financements
Le plan de reprise et la negociation
L application du plan de reprise
L entree en scene de la classe ouvriÈre
Les metamorphoses du patronat
Le siÈcle des organisateurs
Les sociologues face À taylor
L entreprise en actions
La forme franÇaise de l entreprise
Les rÉsurgences : artisanat et rÉseaux
Les tendances : l entreprise institution