IPeut - écrits et documents
Management Marketing Economie Droit
s s
Accueil # Contacter IPEUT


la sanction des atteintes aux libertÉs publiques icon

DROIT

Le droit est l'ensemble des règles générales et abstraites indiquant ce qui doit être fait dans un cas donné, édictées ou reconnues par un organe officiel, régissant l'organisation et le déroulement des relations sociales et dont le respect est en principe assuré par des moyens de contrainte organisés par l'État.


NAVIGATION RAPIDE : » Index » DROIT » DROIT CIVIL » La sanction des atteintes aux libertÉs publiques

La sanction des atteintes aux libertÉs publiques

Les divers systèmes de sanction des atteintes aux libertés qu on vient d examiner se situent tous dans le cadre national. Aucun n est sans faille. Tous, en définitive, reposent, de la part des autorités publiques, sur une volonté d autolimitation, difficile à maintenir, surtout en période troublée. C est pourquoi on a cherché à résoudre le problème en en remettant la solution à une autorité supérieure à celles de l Etat intéressé, c est-à-dire à une autorité internationale. Il ne s agit pas de protéger les individus contre les atteintes aux libertés qui pourraient être le fait des autorités internationales elles-mêmes (par exemple, atteintes à la liberté d opinion des fonctionnaires de I onu, ou atteintes à la liberté individuelle émanant de « Casques bleus ») : les pouvoirs encore limités de ces autorités ne leur permettent guère l arbitraire, et ce problème ne se posera que dans une société internationale plus structurée. II s agit de fournir un recours devant une instance internationale à la victime d atteintes à ses libertés imputables à une autorité nationale. L organisation d une telle protection suppose d abord que les Etats membres de la Communauté internationale considérée se soient mis d accord sur la liste des droits appelés à en bénéficier. Cet accord s est réalisé à deux niveaux : d une part, au niveau de la société internationale globale, avec la Déclaration universelle des droits de l homme du 10 décembre 1948 (supra, p. 105), d autre part au niveau des groupements régionaux : Déclaration interaméricaine des droits de l homme adoptée en 1948 par l Organisation des Etats américains, Titre Ier de la Convention européenne des droits de l homme signée à Rome le 4 novembre 1950, Charte africaine des droits de l homme et des peuples du 28 juin 1981. Si l accord sur les droits et libertés à garantir est relativement facile à réaliser, la mise sur pied d une procédure de contrôle, dans l état actuel de la société internationale, et compte tenu de la susceptibilité des souverainetés nationales, pose un problème plus difficile. Comme dans le cadre national, on retrouve ici la distinction entre garanties juridictionnelles et non juridictionnelles (supra, p. 236). Mais la possibilité, pour les Etats et surtout pour les individus, de saisir une juridiction demeure exceptionnelle. La Convention européenne seule, sans ignorer les procédures non juridictionnelles, a pu l organiser de façon efficace (1 |). Les garanties non juridictionnelles prévalent dans le cadre de I onu (2 |). Il en est de même dans les conventions régionales non européennes : les organismes qu elles créent disposent principalement du pouvoir de tenter un règlement amiable, et, le cas échéant, d adresser une recommandation au gouvernement en cause.
Envoyer cet article à vos amis dans votre liste de Yahoo Messenger


La garantie des libertés dans le cadre de l'onu

C'est seulement le 16 décembre 1966, près de vingt ans après le vote de la Déclaration universelle, que l'Assemblée des Nations Unies est parvenue A  adopter un système de garantie des droits, [...]

La garantie des libertÉs dans le cadre europÉen

La Convention européenne de sauvegarde des droits de l'homme et des libertés fondamentales, conclue le 4 novembre 1950 entre les Etats membres originaires du Conseil de l'Europe, entrée en vigueur e [...]



Copyright © 2011- 2017 : IPeut.com - Tous droits réservés.
Toute reproduction partielle ou complète des documents publiés sur ce site est interdite. Contacter

Au sujet des droit civil

La philosophie des droits de l homme
Théorie générale des libertés publiques
L autonomie de l individu
Les choix de l individu
La liberté de se grouper
La liberté de la presse
La communication audiovisuelle
L enseignement
La liberté des cultes
Les limites aux libertés publiques dans la société internationale
Les limites aux libertés publiques dans les sociétés nationales
Des peuples-objets aux peuples-acteurs
Des peuples mÉdiatisÉs aux peuples sublimÉs
De la conquÊte du pouvoir par les peuples
Du contenu des droits des peuples
Droit des peuples, droit des États, droit des individus
OÙ en est le droit des peuples et oÙ va-t-il ?
La sÛretÉ
La libertÉ de la vie privÉe
La libertÉ corporelle
La libertÉ du dÉplacement
DÉfinition et composantes de la libertÉ de la pensÉe
La libertÉ d opinion
La libertÉ religieuse
Le rÉgime de la communication audio-visuelle
Le rÉgime des spectacles
La libertÉ d enseignement
DonnÉes communes
La libertÉ de rÉunion
Les rassemblements sur la voie publique
La libertÉ d association
Les droits de l homme selon la dÉclaration de 1789
L Évolution des droits de l homme
Les postulats de base
Les compÉtences en matiÈre d Élaboration du statut des libertÉs publiques
Les problÈmes de fond - Élaboration du statut des libertÉs publiques
Les techniques d amÉnagement des libertÉs publiques
Les sanctions organisÉes au niveau national
La sanction des atteintes aux libertÉs publiques
Les sanctions non organisÉes
Les rÉgimes exceptionnels d origine lÉgislative
Droits de l homme et démocratie
Le droit naturel antique contre les droits de l homme
Droits de l homme et modernité
La division de la société et de l etat comme problème
La division de la société et de l etat comme valeur
Des droits de l homme à l idée républicaine